RDC : les autorités congolaises suspendent la coopération militaire avec la Belgique

un officier et deux sous-officiers belges à Académie militaire congolaise à Kananga | Site Officielle de La Défense Belge

Actualité RDC – La république démocratique a suspendu sa coopération militaire avec la Belgique. Une mesure en guise de représailles, suite aux propos du vice-premier ministre belge sur la nomination du nouveau premier ministre Bruno Tshibala. Une sortie jugée inappropriée par Kinshasa.

Rien ne va plus entre Kinshasa et Bruxelles ! Ce jeudi 13 avril, la République démocratique aurait décidé unilatéralement de rompre sa coopération militaire d’avec la Belgique. La décision a été notifiée aux autorités belges via un courrier adressé à l’attaché à la défense de l’ambassade de Belgique à Kinshasa. Elle a été confirmée par Laurence Mortier, porte-parole du ministère belge de la Défense.

La tension était tendue entre les deux états depuis quelques jours. En effet, après la nomination du nouveau premier ministre Bruno Tshibala , les autorités belges ont tenu à s’exprimer. Ainsi, le vice-premier ministre belge et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders , dans un communiqué avait critiqué cette nomination. L’homme politique belge avait estimé que cette nomination « s’écarte de la lettre et de l’esprit de l’Accord de la Saint-Sylvestre ». Cet accord préconisait le partage du pouvoir entre l’opposition et le président. Cette coalition pouvoir-opposant devait mener la transition et organiser les prochaines élections présidentielles. Or, dans son choix du chef de la primature, le président Kabila , dont le mandat officiel a pris fin en décembre dernier, a désigné un membre de l’opposition, exclu de son parti.

 Cette sortie du vice-premier ministre belge a visiblement déplu aux autorités congolaises. Interrogé par RFI, le ministre congolais de la Défense a accusé Bruxelles d’immixtion dans les affaires congolaises. « Depuis un certain moment, le gouvernement belge s’est illustré à maintes reprises par une immixtion intolérable dans les affaires à l’intérieur de la RDC, à travers des déclarations insupportables. Nous ne pouvons pas comprendre que lorsqu’on nomme un ministre ou un premier ministre de la RDC, que le gouvernement belge se mette à se prononcer, là-dessus » a-t-il déclaré.

Une coopération qui prospérait ces 13 dernières années

Les relations entre la RDC et la Belgique n’avaient plus été aussi tendues depuis des années .Leur coopération militaire se portait bien depuis 13 ans.  En effet, c’est en 2004 que Joseph Kabila , jeune président avait rétabli la coopération militaire suspendue quelques années plus tôt par son père et ex-président Laurent Désiré Kabila.

Des accords de coopérations entre les deux pays concernaient essentiellement la formation. La Belgique envoyait régulièrement des formateurs au Congo. Les 321e, 322e bataillon de réaction rapide et une partie du 323e, avaient pleinement bénéficié des formations dispensées par les instructeurs belges. De plus , des officiers congolais sont également formes à l’École royale militaire de Bruxelles.

Le ministre de la Défense  a tenu à rassurer l’opinion nationale en minimisant l’apport belge. « Je voudrais vous informer qu’au sein des forces armées nous avons les mêmes compétences qui peuvent prendre la relève pour assurer les mêmes formations. Donc pour nous la perte est insignifiante » a-t-il déclaré. Cependant, son assurance n’a pas vraiment convaincu. Dans la capitale, nombreux sont ceux qui pensent que le Congo sera le grand perdant de cette décision. En attendant, les instructeurs militaires sont attendus à Bruxelles avant la fin du mois.

 

Laisser un commentaire