Afrique : l'obésité coûtera 52 milliards d'euros au continent d'ici 2030

l'obesite en afrique
diaf-tv.info

Afrique santé – Selon un rapport effectué par plus de 70 experts et publié par la revue médicale The Lancet Diabetes & Endocrinology, l’obésité devrait coûter 52 milliards d’euros à l’Afrique d’ici 2030.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le diabète se caractérise par «une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé» ; une condition de plus en plus présente en Afrique.

En 2015, l’obésité a coûté environ 17 millions d’euros à l’Afrique, soit 1,2% de son PIB. Les experts qui ont établi le rapport estiment que «ce coût augmentera pour atteindre entre 35,33 milliards de dollars (1,1% du PIB) et 59,32 milliards de dollars (1.8% du PIB) d’ici à 2030» ; soit entre 31,2 et 52,4 milliards d’euros.

Un montant estimé selon le coût des traitements, des hospitalisations (encore à moitié supportés par les patients eux-mêmes) mais aussi  la perte de productivité due aux arrêts de travail et aux décès précoces.

Le rapport indique que cette tendance est due à l’urbanisation (et donc un mode de vie plus sédentaire des populations africaines) mais aussi aux changements des habitudes alimentaires et l’augmentation de l’espérance de vie (certains types de diabète tel que le diabète type 2 se manifestent plus souvent avec l’âge).

Une charge supplémentaire pour les systèmes de santé

Entre 1980 et 2015, le nombre d’adultes considérés en surpoids est passé de 28 millions à 127 millions dans les 48 pays étudiés par le rapport, et l’obésité a été la cause directe d’environ 1,5 million de décès en 2012 (selon l’OMS).

Selon un communiqué de presse du Lancet, «le diabète et ses complications pourraient annuler certains des progrès en matière de santé observés en Afrique Subsaharienne ces dernières années, submergeant les systèmes de santé des pays de la région et grevant le budget des patients qui payent pour leurs soins».

La situation est d’autant plus grave pour les malades car seule la moitié des diabétiques seraient conscients de leur état et à peine 11% recevraient les soins adaptés. Pourtant, un diabète non traité peut causer une altération des nerfs et des vaisseaux sanguins allant jusqu’à la cécité, des amputations et des accidents cardio-vasculaires entre autres.

Laisser un commentaire