Afrique du Sud : AngloGold va supprimer plus de 800 postes

Le groupe minier AngloGold Ashanti qui emploie près de 25 000 personnes en Afrique de Sud, prévoit de supprimer plus de 800 postes dans le pays. Premier producteur d’or en Afrique, AngloGold Ashanti a connu un déclin de sa production ces dernières années en raison notamment de problèmes réglementaires, de relations difficiles avec les syndicats et d’un accroissement des coûts de production.

Dans une lettre adressée aux responsables de l’Union syndicale des travailleurs des mines (NUM), les dirigeants d’AngloGold Ashanti les informent de son projet de supprimer 849 postes sur différents sites à travers le pays. Pour Chris Nthite, le porte-parole d’AngloGold Ashanti, «Une partie de ce processus implique la création nécessaire d’une entreprise (minière, ndlr) sud-africaine plus forte et rentable qui reflète mieux les réalités de l’environnement opérationnel».

Depuis 2 ans, le groupe AngloGold, en activité dans 8 pays incluant le Ghana et le Brésil, a engagé des discussions sur un plan de restructuration international et une nouvelle stratégie d’entreprise. Il prévoit ainsi de regrouper ses actifs internationaux dans une nouvelle entité cotée à la Bourse de Londres (Royaume-Uni) dans l’espoir d’attirer investisseurs les plus sûrs et qui bénéficient des meilleurs ratings.

Du côté des syndicats, le porte-parole de la puissante Union syndicale des travailleurs des mines (NUM)  qui représente la majorité des salariés d’AngloGold Ashanti en Afrique du Sud, a dit suivre le dossier avec la plus grande attention.  Le secrétaire général du STU, l’autre syndicat des mines, Gideon du Plessis, a dit espérer que les suppressions de postes prévues resteront un acte isolé. « Nous espérons que ce processus sera un événement isolé et ne déclenchera pas de réduction des effectifs ailleurs dans l’entreprise ou d’autres maisons minières », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire