Afrique du Sud : Le gouvernement s’attaque aux fake-news sur les réseaux sociaux

ADS Actualité – Les réseaux sociaux sont devenus un excellent moyen pour partager l’information. Malheureusement, parmi ces informations il est souvent difficile de faire le tri. Beaucoup de fake-news deviennent vite virales et circulent à vitesse grand V. Face à l’ampleur du phénomène le gouvernement sud-africain entend agir. 

Lors d’une conférence de presse sur la sécurité, le ministre s’est exprimé à ce sujet. Répondant à une question sur les plans du gouvernement pour lutter contre les fausses nouvelles qui circulent sur internet, David Mahlobo a fait savoir qu’il réfléchissait à une réglementation des réseaux sociaux. En effet, le ministre s’est offusqué du fait que les réseaux sociaux ne remplissent plus leur fonction première : être un portail pour des interactions personnelles ou professionnelles. Au contraire, ils participent à la propagation d’hoax et fausses informations.

Mais attention, la frontière entre la lutte contre la désinformation et la restriction des libertés individuelles semble mince. C’est en tout cas ce qui inquiète Murray Hunter, porte-parole de la Right2Know Campaign. S’il comprend l’initiative, il met en garde contre l’abus de pouvoir. « C’est ce que nous avons vu au Zimbabwe. Au Cameroun, en Égypte, et ailleurs. Quand les gouvernements perdent contrôlent de leurs pouvoirs politiques ils s’en prennent aux réseaux sociaux ».  Il a, par ailleurs, invité le ministre à quitter les réseaux sociaux et s’attaquer plutôt à la corruption ou le payement des allocations sociales.

Bientôt une loi ?

En réponse aux inquiétudes, le ministre affirme inviter la Société civile à la table de réflexion en matière de réglementation des réseaux sociaux. Et devance les organisations de défense de droits de l’Homme qui voudrait contrer son initiative. «Même les meilleures démocraties qui sont respectées ont réglementé dans ce domaine», a-t-il déclaré.

En outre, le gouvernement sud-africain travaille depuis près de deux ans sur un projet de loi sur la cybercriminalité et la cybersécurité. Le projet devrait être très bientôt examiné par le Parlement.

 

Laisser un commentaire