Aminatou de Zaria, reine Haoussa, libertine et guerrière redoutable

Queen Amina © africanfeministforum

Aminatou Sarauniya Zazzau (ou Amina de Zaria) est née durant le XVIe siècle en 1533 lors du règne de son grand-père Sarkin, roi de Zazzau Nohir (plus tard rebaptisé Zaria), une des sept cités-États qui composaient le pays d’Haoussa, situé dans le Nord-Est de l’actuel Nigéria.

À cette époque, Zazzau était une zone stratégique et puissante du commerce d’Afrique noire subsaharienne. C’était une région riche grâce aux échanges de métaux, tissus, sel, cuir, animaux, mais aussi d’esclaves avec les Portugais qui leur offraient de l’or, de l’alcool, des étoffes et des armes en retour.

En 1549, alors qu’Amina n’est âgée que de 16 ans, son grand-père décède et laisse son trône à Bakwa de Turunku. L’histoire d’Amina étant tirée de récits oraux parfois incomplets ou contradictoires, il est difficile de dire avec précision si Bakwa de Turunku était le père ou la mère d’Aminatou. Quoi qu’il en soit, Amina bénéficie à 16 ans du titre de Magajiya (princesse).

« Femme aussi capable qu’un homme » 

Amina est la sœur aînée de trois frères et sœurs ; elle est rapidement perçue comme future héritière du royaume. Son rôle d’aînée et de princesse forge le caractère de cette jeune fille, déjà différente des adolescentes de son âge.

En effet, Aminatou impressionne par sa force physique hors du commun et sa passion pour la guerre. Bien que très jeune, elle participe à toutes les réunions relatives au fonctionnement du royaume et occupe son temps libre aux côtés des soldats du royaume avec lesquels elle apprend les techniques de guerre et le maniement des armes.

En 1566, Bakwa décède et laisse le trône à Karama, son fils unique et frère d’Amina, comme le veut la tradition. Aminatou est alors nommée à la tête de l’armée du royaume composée de 20 000 soldats dont elle est la principale guerrière. C’est de là que lui vient son surnom « Fille de Nikatau » qui signifie « femme aussi capable qu’un homme ».

La reine guerrière Haoussa

Dix ans après le début de son règne, Karama le frère d’Aminata meurt brusquement, faisant de cette dernière la nouvelle reine du royaume. Passionnée de guerre et assoiffée de pouvoir, Amina se lance à la conquête des territoires voisins.

Ses exploits militaires lui permettent rapidement d’étendre son royaume ; on peut lire dans la chronique de Kano (recueil d’histoires des royaumes Haoussas) qu’ « Aminatou s’empara de toutes les villes du nord autour de Kwararafa et celles du Sud autour de Nupe. Elle domina donc une grosse partie de la région d’Haoussaland, mais alla bien au-delà, en prenant contrôle du territoire de Kasashen Baouchi. Aminatou posa sa domination sur toutes les routes commerçantes qui reliaient l’ouest du Soudan à l’Égypte. Elle réussit à conquérir une partie du nord du Mali ».

Ces conquêtes permettaient à la reine de contrôler le commerce de la région et de s’enrichir via l’impôt que versaient les commerçants qui traversaient ses territoires.

Une femme hors du commun

Le caractère d’Amina de Zaria fait d’elle une femme différente des autres ; les récits historiques la décrivent comme une femme brutale et sans cœur. On raconte que dans toutes les villes par lesquelles elle passait, Amina partageait sa nuit avec un homme qu’elle tuait à la levée du soleil afin que ce dernier ne puisse pas se vanter d’avoir partagé son intimité. D’autres théories soutiennent que le caractère égoïste de la reine en était la cause ; ne voulant pas partager son pouvoir avec un homme, Amina de Zaria tuait donc tous ses amants. Ces théories expliqueraient également pourquoi elle s’est toujours opposée au mariage et n’a pas souhaité avoir d’enfant.

Ses prouesses en tant que guerrière, reine et stratège, mais aussi son caractère et sa force font d’Aminatou Zazzau une femme dont la mémoire survit à travers les siècles.

Laisser un commentaire