Angola : des policiers devant les cinémas pour empêcher les jeunes de regarder le film ‘‘50 nuances plus sombres’’

Une scène du film Cinquante nuances plus sombres

Le gouvernement angolais veut préserver la morale et les bonnes mœurs. Alors que la diffusion de ‘‘Cinquante nuances plus sombres’’, la suite du film à succès ‘‘Cinquante nuances de Grey’’, a commencé dans les salles de cinéma du pays,  le ministère de la Culture est décidé à faire respecter l’interdiction de diffusion du film aux jeunes de moins de 16 ans.

«Nous sommes en train de travailler avec des institutions comme la police nationale (…) pour faire interdire la diffusion du film en journée et l’entrée aux jeunes de 16 ans».  C’est en ces termes que le ministère angolais de la Culture a informé l’opinion de sa volonté d’interdire l’accès aux salles de cinéma des jeunes de moins de 16 ans désireux de suivre le film «Cinquante nuances plus sombres». Pour y parvenir, le ministère veut poster des policiers devant les cinémas pour s’assurer que seuls les adultes aient accès aux salles qui diffuseront le film.

Les parents invités à sensibiliser leurs enfants

«Cinquante nuances plus sombres» est la suite de l’adaptation au cinéma du best-seller littéraire «Cinquante nuances de Grey» de l’auteur Britannique E. L. James. La trilogie raconte les aventures sado-masochistes d’une jeune femme avec un homme d’affaires fortuné.

Malgré la détermination du ministère angolais de la culture à interdire l’accès des moins de 16 ans aux salles pendant la diffusion du film, celui-ci n’a fait l’objet d’aucun classement par la commission en charge de la censure cinématographique du pays.

«Nous invitons les parents et tuteurs à sensibiliser l’opinion aux valeurs morales et civiles et à être attentifs aux mesures prises pour les enfants mineurs», a déclaré le ministère angolais de la Culture qui semble prendre très au sérieux cette affaire.

La diffusion de «Cinquante nuances plus sombres» en Angola a débuté le 9 mars et connait déjà un grand succès. L’intérêt pour le film semble même avoir été accru par la croisade des autorités angolaises pour la préservation des bonnes mœurs et de la moralité des jeunes du pays. On se demande cependant pourquoi la mobilisation des forces de police devant les cinémas est jugée nécessaire alors qu’il aurait suffi d’exiger que les responsables des cinémas interdisent l’accès aux salles aux jeunes concernés.

Laisser un commentaire