Basket : L’histoire des africains évoluant en NBA

La NBA est la ligue américaine de basketball. Elle est le championnat de basketball le plus regardé au monde. Rien qu’aux USA, on compte en moyenne plus de 2 millions d’américains devant leur télévision chaque saison. La NBA comprend des centaines de joueurs dont 113 provenant de pays autres que les Etats-Unis, et bien entendu, l’Afrique y est fièrement représentée.

Hakeem Olajuwon, le précurseur

Les joueurs africains sont présents dans le célèbre championnat américain depuis 1982 avec Hakeem Olajuwon. Le natif de Lagos fut le premier joueur né sur le sol africain à avoir joué en NBA, et son passage n’a pas été éphémère. Repéré dans son université, il a été drafté (terme qui désigne la sélection de jeunes joueurs universitaires pour intégrer une équipe évoluant en NBA). En 1996, il était nommé parmi les 50 meilleurs joueurs de l’histoire de la NBA.  Il a été médaillé d’or olympique en 1996 avec les Etats-Unis après sa naturalisation. Il figure également dans le top 10 de l’histoire sur le nombre de contres, points marqués, rebonds et interceptions. Il a remporté 2 titres NBA en 1994 et 1995 et de nombreuses autres récompenses individuelles. Hakeem Olajuwon a pris sa retraite sportive en 2002. En 2006, il ouvrit son premier « Big Man Camp » pour enseigner les fondamentaux du basket aux jeunes joueurs. Contrairement à d’autres sportifs, il n’a jamais voulu signer avec un grand équipementier sportif les jugeant trop chers. « Comment une pauvre mère de famille avec 3 enfants pourrait acheter ce genre de marques » a-t-il dit dans une interview.

Manute Bol, le géant du Soudan

Les performances d’Hakeem Olajuwon en NBA ont servi d’exemple à d’autres joueurs africains en même temps qu’elles leur ont ouvert les portes. C’est le cas Manute Bol, originaire du Soudan (dans le territoire du Sud Soudan actuel). Manute Bol arrive en NBA en 1985 et quitte la ligue en 1995. Il mesurait 2m31 pour 91kg. Sa tribu, les Dinkas et le peuple Nilotique font parties des populations qui possèdent les plus grandes taille au monde.

22 ans après la fin de sa carrière, Manute Bol est toujours le 2e joueur de l’histoire en termes de moyenne de contres par match. Il est d’ailleurs le seul joueur à avoir réalisé plus de contres que de points marqués.

Au fur et à mesure de sa carrière, il va évoluer pour 4 équipes en NBA sans jamais avoir un impact offensif conséquent. Il est aussi connu pour son engagement social. Manute Bol aura consacré une grande partie de ses revenus au soutien des populations de son pays, le Soudan, ravagées par la guerre. Le gouvernement soudanais lui proposa un poste comme ministre des sports mais Bol qui était chrétien déclina l’offre car on exigeait de lui qu’il se convertisse à l’Islam. Le gouvernement l’accusa alors d’être un partisan du Dinka-led, un groupe de rebelles chrétiens. Cherchant à quitter le Soudan, le gouvernement lui refusa tout visa de sortie. Aidé par Joseph Lieberman, sénateur américain du Connecticut de l’époque, il réussit à partir pour l’Egypte avant de retourner aux Etats-Unis.

Entre 1995 et 2002, 3 joueurs africains ont évolué simultanément sur les parquets de la NBA avec à l’arrivée de Dikembe Mutombo.

Dikembe Mutombo, le recordman

Dikembe Mutombo arriva du Zaïre, actuelle République démocratique du Congo – RDC, en 1991. Il fera 18 ans dans la ligue américaine. Tout comme Olajuwon, son illustre prédécesseur, il sera inscrit au panthéon de la ligue en 2015. Durant sa carrière, il a été élu 4 fois meilleur défenseur de l’année et 2e en termes de contres dans une carrière. Dikembe Mutombo détient aussi le record du joueur le plus âgé (40 ans) à finir un match avec plus de 20 rebonds, c’était le 2 Mars 2007.

C’est également en 2007, à Kinshasa (RDC), que Dikembe Mutombo ouvrit un hôpital qu’il baptisa Biamba Marie Mutombo, en hommage à sa mère. Pour la construction de cet hôpital, il dépensa 29 millions de dollars financés par le biais de sa fondation, la Mutombo Foundation. Bâti sur un terrain de 49 000 m², cet hôpital moderne fut le premier construit dans la région depuis 40 ans. Il est situé à quelques minutes de l’aéroport Kinshasa.

Pour son engagement humanitaire, Dikembe Mutombo a reçu de nombreuses décorations de la part du monde de l’éducation et de responsables politiques.

12 africains présents en NBA en 2017

Hakeem Olajuwon, Manute Bol et Dikembe Mutombo sont les pionniers d’une vague de joueur africains qui se sont succédé en NBA. Le Nigéria est à ce jour le pays africain ayant qui a enregistré le plus grand nombre de joueurs évoluant en NBA. Depuis 1982, 15 joueurs nigérians ont évolué dans la ligue américaine, contre 10 pour le Sénégal, 4 pour la RDC (dont 2 sont toujours en compétition). Le Gabon et la Tanzanie ont chacun eu un de leur ressortissant ayant eu la possibilité d’exprimer leur talent dans la meilleure ligue de basketball de la planète.

En 2017, 12 africains sont présents en NBA à travers de jeunes talents qui font déjà leur preuve pour certains ou qui sont en plein apprentissage pour d’autres. Le Cameroun reste le pays le mieux représenté cette année avec 3 joueurs actifs.

Cette nouvelle génération promet de belles choses pour le continent et l’Afrique compte sur eux pour briller et défendre ses valeurs à l’image de Luc Mbah a Moute qui a repéré les jeunes Joel Embiid et Pascal Siakam par le biais de son camp estival de basketball à Yaoundé. Cette solidarité donne un espoir pour l’avenir, un avenir dans lequel les africains s’entraident pour que le continent puisse se développer.

Joueurs africains évoluant en NBA en 2017

Pays d’origine

Joueur

Equipe

Cameroun Luc Mbah a Moute Los Angeles Clippers
Cameroun Joel Embiid Philadelphia 76ers
Cameroun Pascal Siakam Toronto Raptors
Congo Serge Ibaka Orlando Magic
RDC Emmanuel Mudiay Denver Nuggets
RDC Bismack Biyombo Orlando Magic
Mali Cheick Diallo New Orléans Pelicans
Nigéria Festus Ezeli Portland Trail Blazers
Sénégal Gorgui Dieng Minnesota Timberwolves
Sénégal Maurice Ndour New York Knicks
Sud Soudan Luol Deng Los Angeles Lakers
Sud Soudan Thon Maker Milwaukee Bucks

Laisser un commentaire