Bénin – Éducation : nouvelles réformes relatives au système éducatif

Education Bénin – Le conseil des ministres du 22 février 2017 a statué sur plusieurs points dont ceux relatifs au projet de décret portant organisation des examens nationaux pour la validation des acquis en Licence et Master dans les établissements privés d’enseignement supérieur et à l’Autorisation de création et d’ouverture des Instituts universitaires d’enseignement professionnel (IUEP). 

Avec le nouveau gouvernement, le système éducatif béninois connait plusieurs réformes. Celles-ci ont pour but de pallier aux dysfonctionnements liés à la qualité de l’enseignement. Les dernières réformes en date concernent en premier à l’introduction d’un examen unique de la Licence et du Master et en second à la création d’instituts universitaires d’enseignement professionnel (IUEP).

Introduction des examens nationaux pour la validation des acquis en Licence et Master

Au Bénin les universités privées ont la capacité de délivrer des diplômes de Licence et de Master. Toutefois, un état des lieux de ces dernières a révélé des irrégularités dans la qualité de l’enseignement. Ce qui a pour conséquence l’arrivée dans le monde du travail d’individus peu compétents.

Afin de remédier à cela, le gouvernement béninois a décidé la mise en place d’actions majeures telles que :

  • la surveillance de la création des établissements privés d’enseignement supérieur pour s’assurer de leur viabilité institutionnelle, pédagogique et financière ;
  • le renforcement du contrôle externe desdits établissements afin d’améliorer leur gouvernance.

Par ailleurs, le Conseil considère que la maîtrise et l’harmonisation du calendrier académique, la qualité de l’enseignement et la sécurisation des notes des étudiants dans tous les établissements privés d’enseignement supérieur, constituent un enjeu majeur pour le développement économique et social de notre pays.

À cet effet, il a été décidé l’organisation  par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique des examens nationaux en Licence et Master pour les étudiants des établissements privés d’enseignement supérieur non homologués par l’État.

Ainsi, les établissements privés d’enseignement supérieur non homologués par l’État ne peuvent plus délivrer de diplôme de Licence et de Master. Il sera ainsi mis fin à la co-signature de diplômes.

En outre, au cours du conseil il a été rappelé que les établissements privés d’enseignement supérieur voulant porter  l’appellation université doivent désormais respecter les conditions prescrites par le décret N° 2008-818 du 31 décembre 2008 fixant les conditions générales de création et les régimes de fonctionnement des établissements privés de l’enseignement supérieur.

Autorisation de création et d’ouverture des Instituts universitaires (IUEP)

La seconde réforme relative au système éducatif concerne l’ouverture d’instituts universitaires.

Ces derniers permettront l’adaptation du système d’enseignement aux besoins du pays et des entreprises,  par le renforcement de la recherche scientifique.

Ainsi, après l’obtention du baccalauréat, les candidats pourront être orientés non seulement vers les Écoles, Instituts et Facultés de formation de pointe, mais également vers les Instituts universitaires d’Enseignement professionnel (IUEP) pour en sortir Techniciens supérieurs spécialisés dans des métiers.

Selon le porte-parole du gouvernement Mr Irené KOUKPAKI, « La création de ces Instituts traduit la volonté du Gouvernement d’implanter des centres supérieurs de formation professionnelle spécialisée dans chaque département et de favoriser une meilleure employabilité des jeunes diplômés. »

Ces instituts offriront des filières ciblées de formation professionnelle et de spécialisation sur une période de 2 ans.

Huit filières ont déjà été identifiées à savoir : les métiers de l’agriculture, du tourisme, du bâtiment, des travaux publics, du textile, des arts et de la culture, de la vente et du Commerce, de la maintenance des véhicules.

Afin de permettre une bonne implémentation de cette réforme, le Conseil a instruit le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique  de prendre les dispositions nécessaires à l’identification des établissements supérieurs publics et privés à même d’assurer les formations.

Enfin, ledit ministre a été autorisé à délivrer, selon les filières, les Diplômes universitaires de Technologie (DUT) de niveau BAC+2.

 

Laisser un commentaire