Bénin : Interdiction de prier dans les espaces publics

Ruelle de Cotonou
Ruelle de Cotonou

Au Bénin, le gouvernement a récemment interdit les manifestations religieuses dans les rues. Cette décision a été prise dans le cadre de la libération des espaces publics, initiative lancée en janvier, afin de limiter l’occupation des trottoirs et terres pleins centraux. La prière musulmane du vendredi était premièrement visée, car elle a lieu sur certaines grandes voies devant les mosquées. La communauté musulmane, n’étant pas très réceptive à la mesure une rencontre avec les autorités a été programmée.

Une décision avant tout sécuritaire

Au cours d’une séance d’échanges au ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, les ministres de l’Intérieur et de la justice ont discuté avec une délégation de la Communauté islamique béninoise à propos de l’occupation des espaces publics pendant les heures de prières.
Le ministre de l’Intérieur, Sacca Lafia, souligne le fait que «?cette décision n’est dirigée contre personne. Elle permet de garantir la sécurité des personnes et des biens?». Selon les deux ministres, cette décision n’est pas unique à une religion spécifique et la règle se veut générale et appliquée par tous?; le ministre de la Justice, Joseph Djogbenou a déclaré : «?le but visé par cette mesure est de faciliter la libre expression de la foi et d’assurer la paix. Nous vous demandons donc de nous accompagner dans l’exécution de cette mesure?».

Un compromis pour la prière du vendredi

Le représentant de la communauté islamique du Bénin, l’Imam Ousmane Ibrahim a réaffirmé l’attachement de l’Islam à la paix et demande à ses fidèles d’accompagner l’État dans l’implémentation de cette nouvelle loi. L’Imam aurait cependant ajouté être inquiet, car le vendredi vu l’affluence dans les mosquées l’application de cette mesure pourrait être difficile, voire impossible?; il aimerait que le gouvernement les assiste pour trouver une solution, la rencontre s’est achevée par une prière. Le Vendredi 3 février un rendez-vous est prévu avec le président de la République Patrice Talon et les représentants musulmans, le ministre de l’Intérieur devra également rencontrer les délégués d’autres religions dans les jours qui vont suivre.

Laisser un commentaire