Le Bénin va rembourser une dette de 200 millions de F CFA à la Belgique

Le Président béninois Patrice Talon
Le Président béninois Patrice Talon – Crédit Photo : Le Monde

News Bénin – Le gouvernement du Bénin a tenu ce mercredi 19 avril 2017 son traditionnel conseil des ministres. Parmi les dossiers examinés, une communication du ministère des Affaires étrangères et de la coopération relative à la situation financière de l’ambassade du Bénin à Bruxelles.

Le conseil des ministres en date du 19 avril 2017, a été mis au courant de la situation financière de la représentation diplomatique béninoise à Bruxelles au travers d’une communication du ministre des Affaires étrangères. Selon cette dernière, l’ambassade du Bénin à Bruxelles a accumulé des dettes s’élevant à 321 769,25 euros soit environ 200 millions de FCFA. Selon le porte-parole du gouvernement : « il s’agit d’une accumulation de dettes irrégulièrement contractées dans le cadre du fonctionnement de l’ambassade. »

Le non-règlement de ces dettes risque par ailleurs de compromettre les efforts de mobilisation de ressources et/ou de leurs garanties, actuellement en cours pour la mise en œuvre du Programme d’Action du Gouvernement.

En outre, ces dettes contractées envers quatre organismes belges requièrent un règlement dans les meilleurs délais, afin de ne pas entacher les relations de coopération entre le Royaume de Belgique et le Bénin.

Le ministre de l’Économie et des Finances à la rescousse pour régler la dette

Aussi, le Conseil des ministres a autorisé le ministre de l’Économie et des Finances, à mettre à la disposition de l’Ambassade du Bénin à Bruxelles, par procédure d’urgence, les ressources nécessaires pour le règlement des dettes envers les quatre institutions belges concernées.

Il a également été notifié que la gestion financière et administrative du chef de la mission diplomatique du Bénin en Belgique fera l’objet d’une enquête. À cet effet, une commission d’enquête spéciale, dirigée par l’inspection générale des finances se rendra incessamment à Bruxelles pour vérifier la gestion sur la période durant laquelle les dettes ont été contractées.

Avec la mise sur pied de cette commission, on pourra espérer que la lumière soit faite sur cette gestion qui a pu laisser  une aussi grande ardoise auprès des organismes belges et éviter à l’avenir pareil scandale.

Laisser un commentaire