Cameroun : le FBI repère un réseau de cybercriminels

Internet camerounNews Cameroun – Déjà classé comme l’un des pays les plus dangereux en matière de cybercriminalité, le Cameroun est désormais sous le radar du FBI qui vient d’y découvrir un réseau de plusieurs centaines de cybercriminels.

En 2010, le FBI classait le Cameroun parmi les trois premiers pays d’où proviennent les cyberarnaques en Afrique. La méthode la plus répandue est celle qui consiste, pour les cybercriminels, à envoyer un email aux potentielles victimes avec une promesse de gain ainsi que les modalités de paiement à suivre pour récupérer la somme d’argent promise.

C’est une méthode qui a fait tellement de victimes que les autorités camerounaises ont dû adopter de multiples mesures dans le but d’endiguer la cybercriminalité. L’un des projets les plus connus est d’ailleurs le PKI (Public Key Infrastructure), une plateforme de sécurité qui sécurise les transactions gouvernementales en ligne.

4 milliards de FCFA volés à 2700 personnes

Malheureusement, les mesures prises ne sont pas suffisantes. Aujourd’hui la justice camerounaise recherche activement 602 cybercriminels impliqués dans un réseau d’arnaque opérant en ligne via Facebook ; un vaste réseau découvert par le FBI qui a passé l’information aux autorités camerounaises.

Dans le cadre de cette affaire, une centaine d’interpellations ont déjà eu lieu dans plusieurs villes du pays. Les présumés cybercriminels sont accusés d’avoir utilisé de fausses identités, principalement d’occidentaux, pour vendre de faux articles tels que des vêtements, accessoires, animaux, œuvres d’art etc. Ils auraient grâce à cela, volé plus de 4 milliards FCFA (plus de 6 millions d’euros) à environ 2.700 victimes.

L’affaire remet le débat de la sécurité informatique au Cameroun à l’ordre du jour des autorités. En 2011, La société de sécurité informatique McAfee déclarait que le domaine «.cm» faisait partie des cinq domaines les plus risqués au monde avec un taux de risque de 36.7%. Une situation qui ne semble pas avoir changé.

Laisser un commentaire