Cameroun : Gestion de la Fecafoot – Hugo Broos vide son sac

Hugo Broos envisage-t-il de quitter la tête de la sélection camerounaise ? © France football

Mardi 28 mars, le Cameroun affrontait la Guinée lors d’un match amical en Belgique. Si les Lions indomptables se sont inclinés (1-2) face au Syli national, c’est la conférence d’après match qui aura surtout marqué les esprits des supporters.

En effet, Hugo Broos, l’entraîneur de l’équipe camerounaise, s’est exprimé en des termes peu flatteurs. Il a vidé son sac notamment concernant la gestion de la Fédération Camerounaise de Football (Fécafoot).

Les Lions indomptables du Cameroun se sont vu sacrer champions lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2017, qui a eu lieu au Gabon. Mais depuis ce triomphe, le succès ne semble plus être l’apanage des champions d’Afrique. À la défaite contre la Tunisie il y a quelques jours, vient désormais s’ajouter celle contre la Guinée. Mais au-delà des performances sur le terrain, l’ambiance autour des joueurs n’est pas des meilleurs.

Lors de la conférence d’après match, le sélectionneur belge a déballé sur la place publique des problèmes internes impliquant la Fécafoot. Une sortie pour le moins inattendue, qui s’annonce comme le premier épisode d’un long feuilleton.

Entre manque de transparence et amateurisme

Après le sacre du Cameroun à la CAN 2017, le retour triomphal au pays, et la tournée nationale du trophée qui a suivie, on aurait pu penser que tout allait pour le mieux dans le milieu du football camerounais. Même si les rumeurs d’arriérés de salaire d’Hugo Broos apportaient une ombre au tableau, personne ne se doutait qu’il y avait de l’électricité dans l’air, et ce depuis un moment.

Mardi, en conférence de presse, l’entraineur belge n’a plus pu se retenir. Comme il l’a voulu l’exprimer en cherchant l’expression exacte, c’était « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ». Manque de professionnalisme, gestion financière floue, la fédération n’a pas été épargnée. Broos a premièrement déploré les impayés de l’hôtel où était logé les joueurs et le staff. D’après les dires de l’entraîneur, du fait de ces impayés, l’hôtel a refusé de servir à manger à l’équipe. « Donc on n’a pas mangé ce midi (mardi, jour du match, NDLR) ».

L’ancien footballeur est par ailleurs revenu sur le stage des joueurs à Nantes. Un épisode marqué par un manque d’organisation et de professionnalisme. « On ne pouvait pas transporter l’équipement parce que c’était trop cher, il n’y a pas d’argent. », explique-t-il. De même, le médecin de l’équipe a dû « acheter ses propres médicaments, ses bandages et tout parce que c’était resté à Yaoundé ». Toujours pour des raisons de coûts. Des frais qui ne lui auraient toujours pas été remboursés, selon Hugo Broos. « Où est cet argent ? » se demande alors le tacticien belge.

Une démission à venir de l’entraîneur ?

C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre l’entraîneur camerounais. Celui qui a su ramener le trophée africain au Cameroun a avoué réfléchir à son devenir à la tête de la sélection nationale. « Je vais bien réfléchir sur mon avenir », confie-t-il. S’il reconnait les efforts du groupe et les progrès des joueurs depuis un an, il fustige le comportement de la fédération. « Des gens sont dans leur fauteuil et ne foutent rien ça on ne peut pas l’accepter. », lâche un Hugo Broos amer. « La préparation du match a été mauvaise et ce n’est pas notre faute. », continue-t-il.

L’ancien défenseur belge parait excédé. Même s’il évoque des problèmes de salaires — retard de paiement des primes de joueurs — l’homme de 64 ans exige surtout du respect pour lui et ses joueurs. « Ici on parle de l’équipe nationale camerounaise et avoir une organisation pareille, ce n’est pas pour ça qu’on a bossé pendant un an. » C’est du donnant-donnant considère-t-il. « On veut un retour, moi surtout. » Tard dans la soirée, on apprenait que le joueur Ambroise Oyango était toujours à Bruxelles… seul. Faute de réservations, le défenseur camerounais n’a pas pu voyager. Les dirigeants camerounais n’auraient pas pris les mesures nécessaires pour assurer son retour à Montréal, où le joueur évolue.

Les déclarations du sélectionneur camerounais auront fait du bruit. Certains parlent même d’humiliation. Hier dans l’après-midi la Fécafoot assurait qu’une enquête serait ouverte. Sur son compte Twitter, la fédération réitérait également sa volonté de continuer avec l’entraîneur belge. Cette histoire met en lumière un problème que semblent rencontrer bon nombre de sélections africaines. Le Cameroun qui doit rencontrer le Maroc le 13 juin prochain, semble être entré dans un début de crise. Un scandale dont se seraient bien passés les Camerounais !

Laisser un commentaire