CAN 2017 : La toile inondée de messages racistes après les matchs de l'Algérie, de la Tunisie et du Maroc

Lorsque l’on parle de sport et de racisme, c’est souvent le football qui est indexé en premier. Malgré le fait  que la FIFA a réellement pris le problème à bras-le-corps, le football reste toujours le sport le plus touché par le racisme. En ce qui concerne le continent africain, les rencontres de football entre les pays du Maghreb et ceux du sud du Sahara donnent souvent lieu à des échanges ouvertement racistes sur le web. Malheureusement la 31e édition de la Coupe d’Afrique des nations,  n’y a pas dérogé à la règle.

L’image du football détruite par le racisme

La Coupe d’Afrique des Nations réunit tous les deux ans seize équipes nationales africaines et fait vibrer le continent du nord au sud, d’est en ouest, autour de la passion commune qu’est le football .

En effet, certains supporteurs maghrébins s’illustrent négativement en publiant sur les réseaux sociaux des messages à caractère racistes. Ils sont régulièrement pointés du doigt pour leurs propos haineux et leur manque de fair-play.

Selon ces supporteurs, il serait inconcevable qu’une équipe composée de «?noirs africains?» puisse prendre le dessus sur une équipe maghrébine. D’après ce que l’on a pu observer sur les réseaux sociaux, pour certains, les subsahariens seraient tous des descendants d’esclaves. Et qu’à ce titre, ils ne devraient pas prendre l’ascendant sur des nations arabes, notoirement connues pour leur participation active à la traite négrière. Ces commentaires d’un autres âge semblent être rédigés par des personnes qui semblent oublier que milliers de ressortissants du Maghreb ont la peau noire.

De Facebook en passant par Google+ ou encore Twitter, les réseaux sociaux sont inondés de messages racistes. Lorsqu’une équipe nord-africaine est tenue en échec ou est battue par une équipe subsaharienne, la toile explose  de messages « négrophobes ». Le dernier cas en date fut lors de la rencontre opposant le Maroc à la République Démocratique du Congo (RDC). En effet, le 16 janvier dernier, les Lions de l’Atlas se sont inclinés un but à zéro face aux Léopards de la RDC.

Il en a été de même au sortir des rencontres opposant l’Algérie au Zimbabwe (2-2), mais également la Tunisie au Sénégal (0-2), des internautes algériens et tunisiens ont usé des mêmes références racistes.

Les noirs, tous des «?sidéens?» ou des «?singes »

Pendant le match Maroc vs RDC, certains internautes marocains n’ont pas hésité à taxer les ressortissants congolais de «?sales noirs?», de «?ramasseurs de coton?», de «?sidéens?» ou encore de «?mangeurs de bananes?»

Un petit florilège de messages racistes postés sur Twitter permet de mesurer l’ampleur du phénomène. « Zimbabwe c’est un pays ? je croyais que c’était une race de singe », « l’Algérie est en train de se faire battre par une équipe dont la moitié des joueurs sont séropositifs », «  bande de singe », « babouins », etc. Pour certains supporteurs maghrébins, les subsahariens sont des sous-hommes et alors qu’ils se vantent d’être issus d’une « race évoluée », Hitler n’aurait pas fait mieux….


 
 

Ces nombreux messages n’ont pas laissé indifférente la communauté subsaharienne présente sur les réseaux. Tant bien que mal, elle a essayé de se défendre au travers de différents posts et elle a vivement condamné cette montée du racisme.

Face à ce déchaînement de haine, les internautes congolais ont choisi de leur répondre par l’humour, notamment après le match opposant le Maroc à la RDC :

Il faut également souligner que de nombreux internautes du Maghreb sont montés au créneau pour dénoncer cette campagne raciste. Ils n’ont pas manqué de rappeler que nous sommes tous africains et que la Coupe d’Afrique des Nations est une compétition destinée à raffermir les liens entre les nations et à partager notre amour pour le continent. Des messages d’apaisement qui ne sont pas tombés dans les oreilles de sourds puisque des internautes subsahariens n’ont pas manqué de leur répondre à leur tour.

Non au racisme autour du sport 

Symbole d’unité et vecteur de cohésion sociale, le sport est sans conteste le moyen par excellence de s’exprimer sans aucune animosité. Lorsque l’on parle de sport, les considérations liées au sexe, à la religion, à l’orientation sexuelle, à l’origine ethnique n’ont plus le droit d’exister. D’ailleurs, elles n’ont pas lieu d’exister, quel que soit le cadre dans lequel on se trouve… D’autant plus que nous sommes tous issus de la même race, en l’occurrence la race humaine et que chacun a le droit de choisir l’orientation qui est la sienne.

Le racisme, l’homophobie, la xénophobie, le sexisme et toutes les formes de discriminations possibles et imaginables sont à exclure de notre société. Non seulement parce qu’elles nous divisent, mais aussi et surtout parce qu’elles nous cloisonnent à tort dans la spirale de la haine et de la violence.

Les idéologies fétides et insensées selon lesquelles une race, une religion ou une nation serait supérieure à une autre sont de pures hérésies qu’il faut définitivement bannir.

Laisser un commentaire