Carrefour, le géant français de la grande distribution s'installe au Cameroun

Le futur Carrefour de Yaounde © TWITTER/Gilles Thibault

Actualité Cameroun — Lors d’un communiqué de presse en 2013, Carrefour annonçait son désir de s’implanter au Cameroun. Aujourd’hui, c’est confirmé. Carrefour s’installe au Cameroun ! Un contrat de construction de 30 milliards de francs CFA a été signé vendredi à Yaoundé. Le groupe souhaite construire six centres commerciaux à Douala et Yaoundé, à l’horizon 2020. Une annonce qui réjouit bon nombre de Camerounais. Néanmoins certains pensent que les supermarchés pourraient être des concurrents dangereux pour les petits commerces.

En collaboration avec le groupe CFAO, Carrefour compte bien étendre son expansion dans les grandes villes d’Afrique centrale et Afrique de l’Ouest. Baptisé « PlaYce Ekoudou », le premier centre commercial sera localisé dans la localité d’Ekoudou.

À la conquête de l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest

Leader français de la grande distribution, Carrefour démarrera ses activités au Cameroun d’ici la fin de cette année. C’est entre novembre et décembre que la grande surface ouvrira ses portes à la population camerounaise. L’objectif à court terme est d’ouvrir des centres commerciaux d’abord dans les plus grandes villes puis élargir le champ d’action d’ici 2020. Le groupe souhaiterait ouvrir six centres commerciaux au total. Trois à Douala et trois autres à Yaoundé. Un des plus grands centres commerciaux du groupe Carrefour sera implanté au Palais des sports dans la capitale politique. Il devrait voir le jour en 2018.

Le choix des implantations ne se serait pas fait au hasard. La stratégie de Carrefour serait de commencer par viser les grandes villes attractives avec une démographie plus ou moins variée. Certaines villes du Cameroun répondraient, semble-t-il, aux critères du groupe français. Les villes ont notamment été choisies avant les pays. Le choix s’est naturellement porté sur Douala et Yaoundé, grandes villes d’Afrique centrale dont la population avoisine les 3 millions d’habitants.

Un partenariat avec la CFAO

C’est grâce à son partenaire local, le distributeur de marques CFAO (Compagnie Française de l’Afrique Occidentale), que Carrefour a réussi à entrer sur le marché camerounais. En effet, le groupe CFAO est présent en Afrique depuis 160 années. La réputation et l’ancienneté du groupe faciliteraient l’implantation de Carrefour sur le continent.

Selon le directeur général de CFAO au Cameroun, chef de projet des ouvertures des différents centres commerciaux, l’arrivée de Carrefour permettra la diversification de ses activités en Afrique. Le projet de Carrefour vise à ouvrir 20 centres commerciaux en Afrique centrale et Afrique de l’Ouest. Le coût financier total est estimé à plus de 500 millions de dollars. Le groupe a d’ailleurs déjà installé un centre commercial en Côte d’Ivoire qui a réussi à créer 1350 emplois.

Des Camerounais perplexes

L’arrivée de Carrefour au Cameroun est assez mitigée auprès de la population locale. Il y’a d’une part, ceux qui se réjouissent de son implantation, car Carrefour au Cameroun permettra la création de plus de 500 emplois directs et plus de 1000 indirects. Son arrivée permettrait également un accès plus facile aux produits de consommation d’origine occidentale. D’autres, en revanche, pensent que Carrefour déjà leader en France, viendrait s’accaparer le marché camerounais. Ainsi, il deviendrait un concurrent redoutable pour les petits commerces locaux.

Avec l’aide de CFAO, le groupe Carrefour bénéficierait d’un droit exclusif de distribution pour l’installation de ses magasins dans les pays cibles. Par exemple, CFAO aurait déjà annoncé une collaboration avec Pernod Ricard pour une distribution exclusive de ses vins au Nigéria. Certains craignent que la population camerounaise plus tournée vers la consommation des aliments « BIO » ne bascule dans la consommation des produits de fabrication industrielle.

Après la Côte d’Ivoire en 2015, c’est au Cameroun que Carrefour compte faire ses preuves. CFAO et Carrefour ont signé un protocole d’accord pour mettre en place une société commune qui sera détenue par Carrefour à 45%.

Laisser un commentaire