CEDEAO : l’adhésion du Maroc désormais effective

CEDEAO Actualité – Quelques mois après avoir retrouvé sa place au sein de l’Union Africaine, le Maroc vient de se voir accorder un accord de principe pour intégrer la CEDEAO. Bien que la demande ait été acceptée par le président de la Côte d’Ivoire, Alasanne Ouattara, a déclaré que certains détails devaient encore être résolus.
L’accord de principe signifie la fin de l’étape politique de l’adhésion du Maroc à la CEDEAO. La seconde étape sera juridique et ne devrait pas être très longue: ce sont les instruments de ratification et l’adaptation du traité fondateur de la CEDEAO. La dernière étape sera technique: il y aura des négociations d’adaptation, notamment sectorielle.

Après sa réintégration au sein de l’union africaine, le Maroc avait fait part en février dernier de son désir d’intégrer la CEDEAO. La demande du Maroc fut traitée au cours du 51e sommet de la CEDEAO qui a débuté depuis dimanche à Monrovia.

On se rappelle que la demande d’adhésion avait déjà été accueillie favorablement par ses principaux partenaires économiques tels que le Nigeria, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Ces derniers ont déclaré que la décision a été motivée par «les liens forts et multidimensionnels de coopération du Maroc avec l’Afrique de l’Ouest».
Par ailleurs, « Ils ont demandé à la Commission d’examiner les implications d’une telle adhésion conformément aux dispositions du Traité Révisé de la CEDEAO, et de soumettre les résultats à leur prochaine session ».

Selon le ministre sénégalais chargé du Budget, Birima Mangara, l’adhésion du Maroc à la CEDEAO représenterait « une aubaine pour les deux parties ».

Pour le Maroc, cette intégration représente une opportunité afin de bénéficier des facilités d’exportations et d’asseoir sa position économique sur le continent.

La CEDEAO pourrait devenir la 18ème économie mondiale

Quant à la CEDEAO avec son PIB global de 700 milliards de dollars et son rang de 20e économie mondiale, elle pourra bénéficier des 100 milliards de dollars de PIB marocain. Ce qui lui permettra d’accroître sa position économique et de devenir la 18ème économie mondiale, dépassant ainsi la Turquie (730 milliards de dollars de PIB).

Par ailleurs, le Maroc va apporter un marché de 34 millions d’habitants, des accords de libre-échange avec l’Union européenne, les Etats-Unis, la Turquie et les Emirats arabes unis et une expertise en matière d’infrastructures, d’agriculture, de services délégués et de production d’engrais.

L’adhésion du Maroc bien que prometteuse pour la CEDEAO semble pour certains on ne peut plus précipitée. En effet, le Maroc « aurait pu jouir d’un statut de partenaire stratégique lui permettant d’observer pendant quelques années afin d’intégrer pleinement la commission. »a déclaré Gilles Yabi analyste économique.

Laisser un commentaire