Centrafrique : un casque bleu gabonais accusé de vente illicite de munitions de guerre

Une patrouille de la MINUSCA à Bangui, en République centrafricaine. Photo : MINUSCA
(c)www.un.org

Actualité (Africapostnews) – Le vendredi 13 avril 2018, un casque bleu gabonais, membre de la MINUSCA a été arrêté pour vente illicite de munition de guerre alors qu’il tentait de rejoindre le kilomètre 5 afin de vendre une caissette de plus de 1000 munitions aux milices d’autodéfense. 

Des officiels ont été dépêchés pour constater l’infraction, dont le ministre de la sécurité publique et celui des affaires étrangères. En effet, il s’agit là, compte tenu des forts soupçons qui pesaient sur les soldats de la Minusca, d’un cas très sensible méritant toute l’attention du gouvernement. Il convient également de noter qu’au moment de cette arrestation, Monsieur Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire Général adjoint des Nations-Unies était en visite en RCA.

Extradition vers Libreville et jugement par un Cour spéciale militaire

La réaction de l’Etat gabonais ne s’est pas fait attendre. Le 14 avril, le ministère de la Défense Nationale gabonais s’exprimait à la télévision nationale et annonçait le rapatriement du soldat en cause. Ce dernier sera jugé, à Libreville,devant une cour spéciale militaire.
A cette occasion, le vice amiral d’escadre Gabriel Mally Hodjoua, représentant du ministère de la Défense,  a précisé que l’adjudant Hugues Roland Mandoukoule avait subtilisé la caissette de munition pendant une inspection le 10 avril 2018.
Rappelant l’attachement du Gabon au retour de la paix en Centrafrique malgré le désengagement de ses troupes, ce dernier a également affirmé que des sanctions sévères seraient prises à l’encontre de l’adjudant pris en flagrant délit.

Laisser un commentaire