Concessions portuaires en Afrique : la garde-à-vue de Vincent Bolloré prolongée

Bolloré en garde à vue
Vincent Bolloré. Source : Le JDD

(APN) – L’homme d’affaires Vincent Bolloré voit sa garde-à-vue prolongée de 24h ce mercredi. Entendu depuis mardi par la police anticorruption à Nanterre, son groupe est soupçonné de corruption concernant l’obtention de concessions portuaires au Togo et en Guinée.

Depuis ce mardi, Bolloré est entendu par les membres de la police anticorruption à Nanterre. Avec lui dans les locaux de la police anticorruption, le responsable du pôle international de Havas, une filiale du groupe Bolloré spécialisée dans le conseil politique, Jean-Philippe Dorent. Mais aussi, le directeur général du groupe Bolloré, Gilles Alix

Les juges d’instruction tentent de savoir si le groupe Bolloré a utilisé les activités de sa filiale Havas pour obtenir la gestion de différents ports notamment à Lomé au Togo et à Conakry en Guinée. Ces différents ports gérés par une autre filiale de Bolloré, Bolloré Africa Logistics.

En 2010, le groupe du milliardaire français approche le président guinéen Alpha Condé par Havas. Havas lui propose alors des services à prix réduits afin d’influencer la campagne électorale. Peu après avoir été élu, le port de Conakry est confié à Bolloré Africa Logistics de gré à gré, sans appel d’offres.

Le schéma est quasiment le même au Togo. Havas s’est occupé de la communication de Faure Gnassingbé pendant la campagne avant de voir Bolloré Africa Logistics prendre les rênes du port de Lomé.

Le groupe Bolloré a quant à lui publié un démenti estimant ne pas avoir commis des irrégularités en Afrique. Plusieurs ressortissants africains se sont réjouis de cette nouvelle. Certains estiment que le milliardaire a mis en place plusieurs présidents africains de nombreux contre la gestion des ports. Néanmoins, ils pensent que cette garde-à-vue ne mènera à rien.

Laisser un commentaire