Congo Brazzaville : suite à un décret, de nombreuses personnalités devront abandonner leur passeport diplomatique

Plus de passeport diplomatique pour de nombreuses personnalités
Cyprien Sylvestre Mamina, le Secrétaire général du ministère congolais des Affaires étrangères expliquant le nouveau décret.

(APN) – Le président Sassou Nguesso a signé un décret ce 20 février modifiant les conditions d’octroi du passeport diplomatique. Dorénavant les modalités d’obtention du précieux sésame qui est l’objet de force trafics, sont plus restrictives et les bénéficiaires sont désormais moins nombreux.

Le secrétaire général du ministère congolais des Affaires étrangères a rendu public ce 28 février un décret effectif depuis le 20 février. Celui-ci indique des « réformes majeures » afin de lutter contre le trafic du passeport diplomatique. Ainsi, « les anciens ministres, les députés, les sénateurs et les autres membres des institutions de la République ne figurent plus sur la liste des bénéficiaires ». « Les fonctionnaires congolais évoluant dans les institutions internationales ne sont bénéficiaires que s’ils exercent à l’étranger et non sur le territoire congolais » précise Cyprien Mamina.

De plus, les conjoints et enfants des ministres n’ont plus droit au passeport diplomatique. La mesure limitative frappe aussi les agents du ministère des Affaires étrangères. Certains cadres chargés de la délivrance de ces passeports, accordaient ce privilège à des étudiants, des hommes d’affaires etc. moyennant des sommes d’argent pouvant aller jusqu’à 4 millions de F CFA. Après quoi, ces derniers pouvaient se rendre dans de nombreux pays sans visa et sans voir leurs bagages se faire fouiller. Certains fonctionnaires dudit ministère ont été poursuivis.

Un trafic que n’approuvent pas les partenaires internationaux

Cette situation a provoqué l’exaspération de nombreux pays partenaires dont la France, qui auraient menacé d’annuler les privilèges du passeport diplomatique congolais. « Pour rassurer ses partenaires et mettre fin à certaines pratiques, le ministère des Affaires étrangères a détruit, en 2017, un lot d’anciens passeports diplomatiques en présence des ambassadeurs de quelques pays partenaires. Malgré toutes ces précautions, le mal a continué et il fallait le détruire à la racine. D’où la nécessité de revoir les dispositions concernant l’attribution de ce document » explique Cyprien Mamina.

Une période de transition de trois mois est ainsi mise en place permettant à certaines personnes en déplacement et ayant pris des engagements de finir leur tâche. Passé ce délai, les autorités congolaises procèderont à l’annulation de leur passeport. Seuls les ambassadeurs et les fonctionnaires congolais à l’étranger auront ce passeport. Petite surprise, le chef de l’opposition pourra lui aussi utiliser ce graal convoité par de nombreux citoyens. Le ministre des Affaires étrangères et le président pourront quant à eux délivrer le passeport diplomatique à certaines personnes pour « raisons d’État ».

Laisser un commentaire