Congo : Les agents d'une université décrètent 3 jours de grève

l’université Marien Ngouabi , www.Vox.cg

Actualité Congo Brazza – Le personnel de l’université Marien Ngouabi a entamé une grève de 3 jours ce mercredi 12 avril 2017. Il s’agit des journées « université morte ». Le corps enseignant et non enseignant réclame de meilleures conditions de vies et de travail.
Le corps enseignant et administratif de l’université congolaise Marien Ngouabi est rentré en grève de trois jours ce mercredi. Au cœur du problème, de nombreuses irrégularités et manquements constatés au sein de la structure universitaire et son fonctionnement.
Dans un communiqué, le collège intersyndical de l’université a mentionné les principaux points de revendication des  grévistes. Il s’agit dans un premier temps, de la concomitance du paiement des salaires des agents de l’université avec ceux de la fonction publique. Ensuite, le non-paiement des heures complémentaires, supplémentaires, de surveillance et d’encadrement des thèses et des mémoires. Enfin le non-décaissement régulier du budget de fonctionnement, avec pour conséquences la non-validation de l’année académique 2015-2016 et le premier semestre 2016-2017.
Fidèle Moukamba, du collège intersyndical la situation est plus qu’alarmante. « Tout ce que nous avons fait à ce titre au cours de l’année académique 2015-2016 est demeuré impayé jusqu’à ce jour. En plus, au niveau des décaissements du budget de fonctionnement de l’université Marien Ngouabi, il y a des retards injustifiés. » A-t-il déclaré.

La balle est désormais dans le camp des autorités.

Aucune réaction de la part des autorités compétentes ne s’est faite pour le moment. Le collège syndical de l’université Marien Ngouabi s’est dit prêt à durcir leur mouvement si leurs revendications n’étaient pas prises en compte. La grève pourrait devenir illimitée. En dépit de conjoncture économique difficile, Fidèle Moukamba a estimé que « même dans la crise il y a des priorités ».
Le Congo connait actuellement une situation économique assez difficile depuis la baisse des cours du pétrole. Le pays a vu ses revenus chuter drastiquement et paradoxalement les problèmes socio-économiques grimpés en flèche. Dans le secteur de l’éducation, de nombreuses grèves éclatent. En février dernier, c’était les étudiants de l’université de Brazzaville qui étaient entrés en grève. Ces derniers réclamaient des retards de paiement de leurs bourses de 2016 et le retard dans la campagne d’attribution pour l’année académique 2016-2017

Laisser un commentaire