Congo : Un nouveau siège pour le parlement construit par les Chinois

siège du parlement congolais construit par les chinois
La maquette du nouveau siège du parlement

Actualité Congo – Ce lundi 22 mai 2017 a eu lieu le lancement officiel des travaux pour la construction du nouveau siège du parlement. Cet ouvrage estimé à 34 milliards de FCFA (52 millions d’euros) est le fruit de la coopération sino-congolaise.

La cérémonie du lancement des travaux de construction du nouveau siège du parlement, a eu lieu ce lundi à Brazzaville, en présence du président de la république congolaise. Ce lancement a vu la présence du président de la république congolaise et du vice-ministre chinois du Commerce, Qian Keming. Les travaux sont estimés à 34 milliards de FCFA (52 millions d’euros). D’après les autorités des deux pays, cette somme serait un don de la Chine au Congo. C’est l’entreprise chinoise Jiangsu provinciale construction Ltd, qui s’occupera des travaux. Ces derniers devront s’étendre sur une période de 40 mois.

Le ministre congolais de l’Aménagement du territoire a indiqué les dimensions du nouvel édifice. Il s’étendra sur 4, 5 hectares. Le plan de masse quant à lui, le plan de masse prévoit une surface bâtie de 24 408 mètres carrés dont 23 997 en superstructures et 411 mètres carrés en infrastructures, a indiqué des médias locaux.

En Outre ,ce nouveau siège vise à mieux loger les deux chambres parlementaires congolaises. En effet, jusqu’à ce jour, députés et sénateurs occupaient les locaux du complexe multidisciplinaire du palais des congrès. Un édifice qui connaissait un déficit de bureaux et abritait des événements festifs, et autres, qui n’avaient rien à voir avec les missions parlementaires. Avec le nouveau siège, les deux chambres du parlement pourront enfin travailler dans de meilleures conditions.

Des inquiétudes par rapport à ce nouveau siège

L’ambassadeur de la chine au Congo a exprimé sa satisfaction quant à l’aboutissement de ce projet. « Soyez assuré qu’entre la Chine et le Congo, c’est une coopération qui profitera de manière toujours plus tangible au bien-être des populations congolaises… », a-t-il déclaré.

Du côté de la majorité présidentielle, ces travaux tombent à point nommé. Ils permettraient au siège du pouvoir législatif de s’ouvrir à la modernité. C’est ce que pense le ministre de l’aménagement du territoire congolais, Jean-Jacques Bouya. « Ce projet participe à ouvrir la ville capitale à la modernité », et « reste un des plus grands projets de coopération réalisés par la Chine en Afrique au sud du Sahara sous forme de don », a-t-il déclaré.

Cependant, l’enthousiasme du ministre est loin d’être partagée par l’ensemble de la classe politique congolaise. En effet, de nombreuses voix s’élèvent pour critiquer ce projet jugé non prioritaire.  Pour Trésor Nzila, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’homme au Congo, « Un nouveau siège pour un Parlement, ce n’est pas prioritaire ». Un point de vue partagé par de nombreux opposants et acteurs de la société civile. Ces derniers, s’inquiètent également du fait, que les « généreuses donations » de ce genre, conduisent en contrepartie des marchés de matières premières juteux pour la chine. Une inquiétude que n’a pas manqué d’exposé Clément Miérassa, président du Parti social-démocrate congolais. « J’espère que cet investissement chinois n’aura pas à l’avenir un impact sur la dette du Congo qui a déjà explosé » s’est-il enquis !

Le Congo, petit pays d’Afrique centrale, est géré de main de maitre par Denis Sassou Nguesso. Avec une économie principalement basée sur l’exploitation pétrolière, le pays a sombré la crise depuis plusieurs mois. Une situation que l’opposition impute aux mauvais choix de gestion et de gouvernance de son président.

 

Laisser un commentaire