Côte d’Ivoire : À quand la fin des négociations

Mutins s'adressant aux journalistes
RFI ©

Ce mardi, ce sont les soldats des forces spéciales qui sont descendus dans les rues d’Adiaké pour réclamer leurs primes. Ces troubles auraient occasionnés deux blessés par balle dont les soins seront pris en charge par l’état ivoirien. Leurs manifestations font suite à une série de mutineries éclatant de façon sporadique depuis déjà quelques semaines. Malgré l’appel au calme des autorités, les soldats ne lâchent pas l’affaire et seraient déterminés à obtenir gain de cause. Des négociations seraient en cours, mais les représentants du gouvernement se sont gardés d’en révéler les détails.

« Un dialogue oui, mais sur quoi »

À cette question, les ministres se sont contentés de répondre aux journalistes ivoiriens : «?moins on en dit, mieux on se porte?». Interviewés à la sortie de leur conseil, ceux-ci ont juste confirmé que les commandants de l’armée et des forces spéciales sont sur place pour discuter des revendications des mutins. Le porte-parole du gouvernement a également indiqué l’éventualité d’un dialogue avec le ministre de la Défense.

Des mutineries qui perturbent le calme de la Côte d’Ivoire

Pour un pays visant l’émergence à l’horizon 2020, le moins que l’on puisse dire c’est que ces manifestations répétées risquent de limiter les ressources de l’état qui, face à la pression se retrouve à céder aux revendications. L’équilibre social quant à lui est aussi menacé. En effet, il y a quelques semaines les cours ont été suspendus quinze jours dans l’enseignement général suite à la grève des fonctionnaires. Le calendrier scolaire a dû être réajusté et des vacances écourtées afin de pouvoir respecter les dates d’examens fixées pour l’année scolaire 2016-2017. Pendant combien de temps La Côte d’Ivoire devra-t-elle s’accommoder à ces manifestations récurrentes Y aurait-il une façon permanente de résoudre ce problème afin d’en contenir la propagation.

Laisser un commentaire