Côte d’ivoire : Déjà condamné, Sam l’Africain écope d’une nouvelle peine de 5 ans de prison

Sam l'Africain
Sam l’Africain – Crédit photo abidjan.net

Actualité Côte d’Ivoire – Nouvel épisode de la saga « Les déboires judiciaires de Sam ». Déjà sous le coup d’une condamnation de 6 mois de prison ferme pour xénophobie, Sam Mohamed Jichi alias Sam l’Africain a été reconnu coupable ce mardi de « tentative de faux en écriture privée de banque et tentative d’escroquerie ». L’affaire remonte à 2008. Il devra purger 5 ans de prison pour les faits qui lui ont été reprochés.

Décidément, rien ne va plus pour Sam l’Africain qui continue de défrayer la chronique judiciaire en Côte d’Ivoire. En l’espace de quelques jours, il a été reconnu coupable dans deux procès. Il avait été condamné la semaine dernière à 6 mois de prison ferme pour injures et diffamation « envers des personnes appartenant à un groupe ethnique ». Cette fois, on lui reproche une tentative d’escroquerie remontant à 2008. Il a été jugé coupable ce mardi par le tribunal de première instance du Plateau à Abidjan. Il devra passer 5 ans de plus derrière les barreaux.

On pourrait soupçonner que ces décisions de justice seraient l’œuvre d’une main invisible qui chercherait à éliminer Sam l’Africain du paysage politique ivoirien. Néanmoins, il faudrait reconnaître que les deux affaires ne sont pas liées. La première, qualifiée d’acte de xénophobie, revêtait effectivement un caractère politique. Il s’agissait de propos tenus lors d’un meeting du Front populaire ivoirien (FPI) de Pascal Affi Nguessan, farouche parti d’opposition. Par contre, le deuxième procès concerne une grave affaire de tentative d’escroquerie, dans le cadre d’activités commerciales.

Une affaire de falsification de chèques lui est reprochée

La justice ivoirienne reproche à Sam l’Africain d’avoir émis de faux chèques de banque pour s’acquitter de plusieurs dettes envers ses fournisseurs. Trois chèques frauduleux de 25 millions de francs CFA chacun auraient été émis par l’intéressé à différentes sociétés spécialisées dans la fourniture de matériaux de construction.

Selon le Procureur, Richard Christophe Adou, Sam l’Africain aurait lui-même falsifié les chèques pour payer ses dettes par un procédé très astucieux. Prétextant avoir oublié son chéquier chez lui, il aurait réussi à tromper la vigilance des agents d’une banque qui lui auraient fourni un chèque. Sam l’Africain se serait alors servi de ce chèque pour en falsifier d’autres en imitant la signature du premier chèque. Les faux chèques ayant été déposés par les sociétés pour paiement, la banque a alors découvert la supercherie et a donc porté plainte.

Sam l’Africain, lui-même victime d’escroquerie ?

De son côté, Sam l’Africain donne une toute autre version de l’histoire. Selon lui, il serait victime d’un complot qui a consisté à l’émission des faux chèques. Un certain Souleyman Koné lui aurait commandé du matériel de construction, déclarant être un entrepreneur construisant un hôtel à Korhogo pour le compte de Guillaume Soro. C’est ce monsieur qui aurait émis les chèques au nom de Socimat et Atmex, deux sociétés avec lesquelles il est en partenariat d’affaires. S’étant rendu par la suite sur les lieux de construction, il aurait découvert que ce personnage inconnu n’était pas responsable du chantier en question. Se sentant trompé, il aurait alors porté plainte contre le sieur Koné. Malheureusement pour Sam, son témoignage n’a pas convaincu le tribunal.

L’avocat de Sam l’Africain, Me Modeste Abié a estimé le tribunal incapable de juger cette affaire. Selon l’avocat, cette affaire devait être jugée par une juridiction commerciale et non pénale. Son plaidoyer n’aura pas suffi à faire acquitter son client qui a été condamné à 5 ans de prison ferme et 1 million de francs CFA d’amende. Le tribunal n’a pas été indulgent avec Sam l’Africain qui a respecté le réquisitoire du procureur de la République dans la décision de la peine.

Laisser un commentaire