Côte d’Ivoire : Les fonctionnaires durcissent leur mouvement de grève

Réunis en assemblée générale le 21 juillet à Abidjan (Côte d’Ivoire), les syndicats des agents de l’administration publique ivoirienne ont décidé de reconduire pour 5 jours leur mouvement de grève entamé il y a 2 semaines.

Les discussions entre les syndicats et le gouvernement se sont avérées infructueuses. Les fonctionnaires qui réclament un apurement intégral des 200 milliards FCFA d’arriérés de salaires n’ont pas obtenu satisfaction. Les syndicats estiment par ailleurs que le nouveau gouvernement conduit par Amadou Gon Coulibaly, a été sourd aux revendications relatives au paiement de bonifications salariales à certains fonctionnaires. Pour marquer leur désaccord et pour continuer de faire pression sur le gouvernement, ils ont reconduit pour 5 jours leur grève qui paralyse déjà l’administration publique.

Mécontent de la décision prise par les syndicats, le gouvernement ivoirien a appelé les fonctionnaires à reprendre le travail le lundi 23 et a promis une reprise des discussions sur les revendications des fonctionnaires dès le lendemain. « Le gouvernement  appelle l’ensemble des fonctionnaires à reprendre le travail dès le lundi 23 janvier 2017. Les dispositions sécuritaires seront prises pour assurer la protection des biens et des personnes » a déclaré Pascal Abinan Kouakou, le ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, dans la nuit de samedi à la télévision publique ivoirienne. Selon le membre du gouvernement, les syndicats ne seraient pas  unanimes pour poursuivre le mouvement de grève. Cependant, il n’est pas sûr que son appel soit entendu.

Depuis quelques semaines, la Côte d’Ivoire fait face à une série de tensions sociales et sécuritaires. Prenant le prétexte de revendications salariales, des militaires se sont mutinés, d’abord à Bouaké, avant que leur mouvement ne gagne le reste du pays. Alors que le gouvernement pensait être parvenu à un accord avec les mutins, une seconde mutinerie à éclater faisant naitre de craintes sur la stabilité du pays qui a déjà connu 2 guerres civiles.

Laisser un commentaire