Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé libres !

Côte d’Ivoire (Justice) – La Cour Pénale Internationale a rendu son verdict et a accédé à la demande d’acquittement formulée par la défense. Elle a par ailleurs, ordonné la libération immédiate de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo ainsi que celle de son co-accusé Charles Blé Goudé.

Il était attendu avec impatience. Le verdict est finalement tombé ce mardi matin à 11 heures, comme précédemment annoncé. La CPI a finalement statué en faveur de la défense. Cette dernière avait émis une demande de non-lieu pour les deux accusés au motif que le dossier du Procureur ne présentait aucune preuve impliquant ni Gbagbo, ni Blé Goudé. Elle avait également joint à cette demande une libération des accusés poursuivis pour crimes contre l’humanité. Ce matin, la CPI a donc acquitté l’ancien président ivoirien et l’ancien chef du mouvement des Jeunes patriotes.

Entre cris de joie et déception

La décision a été accueillie avec beaucoup de joie et de ferveur par les sympathisants de l’ex chef d’Etat. Les principaux intéressés se sont étreints et félicités une fois le verdict prononcé. En revanche, plusieurs associations de défense des droits de l’Homme ont déploré l’acquittement de Laurent Gbagbo. Elles estiment que justice n’a pas été rendu pour les morts de la crise post-électorale ivoirienne. « il n’y a plus aujourd’hui de responsables politiques et militaires de la crise post-électorale qui vont rendre des comptes sur les crimes qui ont été commis et il en n’y aura plus à l’avenir. C’est à dire que c’est l’impunité totale », a affirmé Florent Geel, responsable Afrique à la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) à Jeune Afrique.

Dans le camp d’Alassane Ouattara, la nouvelle a été accueillie avec sérénité semble-t-il. « le président ivoirien est calme et prend acte de cette décision », selon les propos de Jean Paul Benoit, avocat de l’Etat. De son côté, l’accusation ne compte pas en rester là. En effet, le procureur a annoncé son intention de faire appel. Une démarche qui a eu pour conséquence de mettre la demande de libération des accusés en suspens. Les deux accusés ne regagneront donc pas immédiatement leurs proches. L’accusation a jusqu’à demain, mercredi pour se prononcer.

Laisser un commentaire