Côte d’Ivoire – mutineries : bilan de la situation dans le pays

En Côte d’Ivoire des tirs ont été entendus au siège de l’état-major d’Abidjan et dans plusieurs quartiers. À Bouaké, les anciens rebelles ont pris le contrôle de la ville. Ces mutineries ont débuté dans la nuit de jeudi à vendredi. Dans ces deux villes, banques sont fermées, et la majorité des habitants ne se sont pas rendus au travail ce lundi. Plusieurs organismes tels que la BAD (Banque Africaine de Développent) ou l’ONUCI ont recommandé à leurs employés de rester chez eux jusqu’à ce que la situation se stabilise.

Ces mutineries qui secouent le pays depuis le début de l’année semblaient s’être apaisées à la suite des accords entre le gouvernement et les soldats. En effet, le gouvernement avait accepté de payer 15 500 $ à chaque soldat. Le premier versement de 6 500 $ avait déjà été perçu, et les 9 500 $ restants étaient prévus pour la fin du mois de mai.

Cependant, ce jeudi, un porte-parole des anciens rebelles s’est excusé à la télévision nationale, renonçant au reste de l’argent. Cet évènement a clairement mis le feu aux poudres, entrainant de nouvelles mutineries dans tout le pays.

Situation chaotique 

Le personnel du journal gouvernemental Fraternité Matin a été ordonné de rentrer chez eux par les mutins. Des internautes affirment que le domicile de Kagamaté Souleymane aurait été pillé. Souleymane est le chef de protocole du Président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro. D’après le journal Afrique Matin, des caisses d’armes et munitions auraient été emportées.

La présidence de Côte d’Ivoire n’a pas encore émis de commentaire face à la situation. Cependant, le ministre de la Jeunesse, Sidi Tiemoko Toure a exprimé sa préoccupation et son indignation face à cette mutinerie via son compte Twitter.

Des tirs se font toujours entendre un peu partout dans Abidjan et Bouaké, en raison de la situation critique la majorité des supermarchés sont fermés. Des affrontements ayant fait un mort auraient éclatés au sein d’étudiants de l’Université de Cocody. Si cette situation prend de l’ampleur, l’économie et la sécurité du pays vont inévitablement prendre un coup.

 

 

Laisser un commentaire