De nouveaux gisements d'hydrocarbures découverts au Niger

Nouveaux gisements au Niger
Champ pétrolifère en Libye.

Niger Hydrocarbures – Le PDG de la société pétrolière algérienne Sonatrach a annoncé la présence « d’indices positifs » dans la recherche de gisements d’hydrocarbures dans le bloc Kafra où elle jouit d’un permis d’exploration.

Abdelmamen Ould Kaddour, PDG de Sonatrach a annoncé le 12 février dernier lors d’une conférence de presse, la possible découverte de gisements d’hydrocarbures dans le bloc de Kafra où la compagnie possède un permis de recherche depuis 2005. En 2015, ce dernier s’est transformé en contrat de partage de production entre le Niger et l’Algérie.

« On a foré et on a trouvé. Mais pour l’instant ce n’est pas une découverte économique, parce qu’il faut toute une phase d’évolution et malgré cela, les prémices et les indices sont très positifs » a-t-il déclaré.

Des recherches plus approfondies confirmeront ou non la présence d’un gisement. Bien qu’il ne s’agisse pas du premier signe encourageant de découverte depuis la phase d’exploration, les signes actuels sont prometteurs aussi bien pour la Sonatrach que pour le Niger.

Un fort potentiel de développement

En effet, la compagnie algérienne rencontre actuellement des difficultés internes ainsi que des difficultés opérationnelles dues au ralentissement de ses projets parallèles sur le continent (la situation instable en Libye a ralenti les activités de l’entreprise, ndlr). Le Niger représente donc un potentiel prometteur pour l’avenir de la compagnie pétrolière.

Du côté du Niger – producteur de pétrole au potentiel croissant depuis 2011 – une telle nouvelle garantirait l’arrivée de nouveaux investisseurs et l’augmentation de ses ressources en hydrocarbures.

Actuellement le pays produit environ 20 000 barils par jour alors que les experts estiment les capacités de production du pays à environ 60 000 à 80 000 barils par jour. Une arrivée massive d’investissements permettrait le développement des infrastructures, notamment des raffineries, et de faire croître les capacités du pays.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire