Décret antimusulman de Donald Trump : 3 pays africains visés

Photo G. Morty Ortega. Getty Images North America. AFP

Le weekend dernier fut très mouvementé aux États-Unis après le décret signé ce vendredi par Donald Trump visant à geler provisoirement l’immigration en provenance de 7 pays «  à haut risque de terrorisme?». En vigueur depuis le vendredi 27 au soir, de nombreux voyageurs déjà dans l’avion au moment de la signature du décret ont été détenus à leur arrivée en territoire américain causant une série de manifestations dans les aéroports principaux du pays. Selon le New York Times, entre 100 et 200 passagers auraient été menacés d’expulsion?; ceux-ci furent relâchés grâce à l’intervention en urgence d’un juge fédéral américain, donnant partiellement raison à des ONG en empêchant leur expulsion.

De quels pays s’agit-il

Le décret du président Américain concerne tous les Syriens jusqu’à nouvel ordre et les ressortissants d’Irak, Iran, Yémen, Libye, Somalie et Soudan pour une durée de 90 jours. Ce délai devrait permettre de revoir les critères d’obtention de visas.

La Maison-Blanche et le département d’État ont ajouté que le décret concernait tous les ressortissants de ces pays, sauf les binationaux et certains diplomates. Les personnes directement concernées sont donc les détenteurs de visas d’immigration en règle ou même d’une carte verte (titre de séjour Américain). Les titulaires de carte verte actuellement à l’étranger peuvent obtenir une autorisation spéciale d’entrée en se rendant au consulat américain. Le secrétaire général de la maison blanche a cependant annoncé dimanche que «?le décret n’affecte pas les cartes vertes?».

Admission des réfugiés en suspension

Le décret de vendredi suspend pour 120 jours le programme d’admissions de réfugiés, l’un des programmes les plus importants en matière d’admission de victimes de zone de conflits. Sous ce programme les États-Unis ont pu accueillir 2,5 millions de personnes depuis sa création en 1980, après le 11 septembre 2001, le programme fut gelé pour une période de 3 mois.

Une Interdiction basée sur la religion ou le pouvoir économique ?

Les sept pays choisis par le président Américain sont relativement pauvres. Certains, comme la Syrie sont déchirés par la guerre civile et d’autres en sortent à peine. Une chose en commun : Ce sont des pays non relies à la Trump Organization.

Il convient également de noter que par le passé des ressortissants saoudiens, égyptiens et émiratis ont participé à des actes terroristes. 18 des 19 terroristes du 11 septembre viennent de ces trois pays, leur absence sur cette liste laisse donc certains experts en sécurité américaine perplexes quant aux réels motifs de ce décret.

Laisser un commentaire