Le Djondo Fellowship, creuset des futures multinationales panafricaines

Lorsqu’on évoque les startups ou entreprises africaines, on parle tout de suite des difficultés à obtenir des financements auprès d’institutions financières. Pour combler ce besoin, de nombreux fonds d’investissement internationaux et africains interviennent à travers le continent afin d’accompagner les entreprises de tailles différentes.

Toutefois, au-delà de l’aspect financier, un gap en ressources humaines qui se traduit par les défis de compétences adéquates, d’expériences adaptées aux marchés africains et internationaux et de mise en œuvre de stratégie à long terme se pose. Certains fonds d’investissement ont tenté d’ajouter des services d’assistance technique à leur apport en capital afin d’assurer une bonne gestion financière et une meilleure rentabilité. Cependant, les entreprises africaines peinent à rester pérennes et à avoir une envergure régionale, voire internationale.

C’est là que le Djondo Fellowship entre en jeu. Initié par Gervais Djondo, le mécène togolais co-fondateur d’Ecobank et fondateur d’Asky, le programme « a pour vocation d’accompagner les entreprises africaines à s’exporter de manière rentable au-delà de leurs frontières et devenir des multinationales championnes de l’intégration africaine ». En d’autres termes, le Fellowship veut produire des multinationales panafricaines.

Le conseil d’administration est composé d’éminentes personnalités qui ont fait leurs preuves au sein d’entreprises et d’institutions panafricaines et qui avant tout sont motivées par la réussite de l’Afrique, que ce soit à travers les entreprises, les institutions ou ses hommes et femmes. Il est composé de John Kufuor l’ancien Président de la République du Ghana, Ameena Gurib-Fakim la Présidente de la République de Maurice, Paul-Harry Aithnard, directeur Groupe de la gestion des actifs et des titres chez Ecobank, Didier Acouetey, président et fondateur du Groupe AfricSearch, Terhas Berhe, fondatrice et directrice générale de Brand Communications, Donald Kaberuka, ancien président de la Banque Africaine de Développement et Arnold Ekpe, ancien directeur général de Ecobank.

A travers ce Fellowship, les chefs d’entreprises vont bénéficier de l’expertise, du mentorat et du réseau de financiers, spécialistes en stratégie et autres professionnels selon leurs besoins. Le recrutement de la première promotion du Fellowship débutera au deuxième trimestre 2017.

Avec le lancement du fonds franco-africain qui ambitionne de favoriser l’internationalisation des PME africaines, on note une dynamique plus ambitieuse et endogène pour le secteur privé africain.

Laisser un commentaire