[Dossier esclavage] Les abolitions et la fin de la traite négrière

William Wilberforce
L’anglais William Wilberforce © christianitytoday.com

Esclavage – Volet 7/8 (APN) Pour honorer les commémorations liées à l’esclavage en général et à la traite négrière en particulier, africapostnews.com vous propose une série d’articles historiques sur l’un des plus grands crimes commis par des hommes envers d’autres hommes. Dans ce 7e volet, nous faisons un éclairage sur la fin de la traite négrière.

‘‘Le commerce du crime’’ aura duré quatre siècle et ne sera aboli par les puissances européennes qu’à partir du début du XIXe siècle pour certaines, et à la fin de la deuxième moitié du XIXe siècle pour les autres.

La pratique de l’esclavage survivra cependant jusqu’à nos jours, des cas isolés étant encore signalés de temps en temps en Afrique.

L’abolition de l’esclavage est en fait le résultat des efforts conjugués des philosophes du siècle des lumières, des mouvements abolitionnistes et des révoltes d’esclaves qui coutèrent la vie à de milliers de colons.

L’Angleterre de William Wilberforce et de Clarkson abolit la traite atlantique en 1807 et l’esclavage en 1833. Elle participa activement à la répression de la traite clandestine en armant des vaisseaux patrouilleurs.

Au cours de la période allant de 1810 à 1848, la marine britannique arraisonna 1653 vaisseaux négriers et libéra 160 000 esclaves.

Aboli dans les colonies françaises dès 1794, l’esclavage sera rétabli en 1802 par Bonaparte et en 1814, avant d’être définitivement aboli le 27 avril 1848 grâce à un décret rédigé par Victor Schœlcher.

Le Français Victor Schœlcher
Le Français Victor Schœlcher © blog.tikaf.com

Source principale : Archives historiques de la maison des esclaves de Gorée (Sénégal). Les abolitions et la fin de la traite négrière

Laisser un commentaire