Ethiopie : Meaza Ashenafi devient la première femme nommée à la tête de la Cour Suprême

Meaza Ashenafi, première femme présidente de la Cour Suprême éthiopienne (Photo by Andreas Rentz/Contour via Getty Images)

Ethiopie Politique – L’avocate, spécialiste des droits des femmes, Meaza Ashenafi, vient d’être nommée présidente de la Cour Suprême. 

Une semaine jour pour jour après l’élection historique d’une femme à la tête du pays, l’Ethiopie récidive en nommant pour la première fois une femme comme présidente de la plus haute institution juridique du pays. Elle a prêté serment ce jeudi.

C’est appuyée par le Premier ministre Abiy Ahmed, que la candidature de Meaza Ashenafi a été retenue. A l’unanimité les députés ont donc approuvé le choix d’Ahmed.

Meaza Ashenafi, avocate et femme engagée

Cinquième enfant d’une fratrie de neuf, elle grandi dans un village pauvre à une centaine de kilomètre d’Addis Abeba. A 17 ans, elle rejoint la capitale pour poursuivre ses études. Diplômée en droit et titulaire d’une maîtrise en relations internationales, elle a occupé plusieurs postes notamment celui de juge à la Haute Cour d’Ethiopie. En 1995, celle qui fut également membre de la Commission économique des Nations Unis pour l’Afrique fonde l’Ethiopian Women’s Lawyers Association (EWLA).

Depuis plusieurs années, elle se bat pour le respect des droits des femmes en Ethiopie. C’est en 1996, qu’elle marque les esprits dans l’affaire Aberash Bekele. En effet, elle accepte de représenter la jeune fille. Accusée du meurtre de son violeur qui l’avait kidnappée pour l’épouser, selon les traditions du pays, Meaza Ashenafi plaide la légitime défense. Une défense jamais plaidé jusqu’alors. L’engagement de l’avocate inspirera d’ailleurs le rôle de l’héroïne du film Difret produit par Angélina Jolie.

En 2011, aidée de 10 éthiopiennes influentes, l’avocate de 54 ans crée l’Enat Bank. Une banque tournée vers les femmes ayant pour but de les accompagner financièrement et les rendre autonomes. Jusqu’en 2016, elle en présidait le Conseil d’administration.

Ces derniers jours ont vu la nomination de plusieurs femmes à de hautes fonctions. Le Premier ministre avait d’ailleurs nommé un gouvernement à 50% composé de femmes.

Laisser un commentaire