Gabon : Ali Bongo inaugure la plus grande usine d’huile de palme d’Afrique

Ali Bongo et Gagan Gupta, le PDG d'OLAM, lors de l'inauguration de l'usine de Bilala
Ali Bongo et Gagan Gupta, le PDG d’OLAM, lors de l’inauguration de l’usine de Bilala – Crédit photo : L’Union

Actualité Gabon – Le président gabonais Ali Bongo était ce 11 avril à Mouila dans le sud du Gabon où il a inauguré la 2e usine d’huile de palme du groupe singapourien OLAM. Cette usine est présentée comme la plus grande d’Afrique.

Le Gabon est en passe de réussir son pari de devenir l’un des acteurs majeurs de la production d’huile de palme en Afrique. Après l’usine d’Awala près de Kango (province de l’Estuaire) inaugurée en aout 2015, le groupe OLAM vient d’achever les travaux d’une usine encore plus grande à Bilala près de Mouila (province de la Ngounié).

138 700 tonnes d’huile de palme par an

L’usine de Bilala produira environ 138 700  tonnes d’huile de palme brute chaque année. La production de l’usine est vouée à l’exportation. Cependant le groupe OLAM envisage de raffiner une partie de son huile brute à terme au Gabon. L’ambition du groupe est de faire du Gabon le principal producteur d’huile de palme en Afrique devant le Nigéria.

Présent lors de l’inauguration, Ali Bongo s’est montré particulièrement fier de cette réalisation. « L’année dernière nous avons à nous tout seuls planté plus de 50% de palmier à huile en Afrique » a-t-il déclaré avant d’ajouter qu’au bout d’une décennie l’huile de parle ramènera plus de devises au Gabon que l’activité pétrolière.

Au sein de la société civile gabonaise, on n’a pas tardé à réagir. Dans un communiqué publié le même jour que l’inauguration de l’usine de Bilala, l’ONG Brainforest a dénoncé l’accaparement des terres villageoises par le géant singapourien OLAM.

« Les plaintes des communautés impactées par les activités d’Olam dans la province de la Ngounié nous parviennent presque chaque jour. Bien que le village ayant refusé le projet d’Olam dans ses terres coutumières, les populations du village Bemboudié (département de Ndolou à Mandji) accusent Olam d’exploiter leurs terres sans leur accord. », indique l’ONG Brainforest dans son communiqué.

L’ONG a invité OLAM à respecter les droits des populations locales à la propriétaire foncière. Cependant, Ali Bongo a tenu à minimiser les critiques contre l’exploitation du palmier à huile au Gabon.

« Souvent les gens font ce genre de critiques, certains à des milliers de kilomètres d’ici, d’autres relayés par des compatriotes dont nous savons que le cœur penche surtout vers l’opposition, vous savez, en langage populaire, on appelle ça au quartier, le mauvais cœur » a-t-il conclu.

Laisser un commentaire