Gabon : Bolloré étend son empire dans les nouvelles technologies

Camion BolloreCe lundi 23 janvier 2017, à Libreville, le président de L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) Lin Mombo remettait officiellement à Marco De Assis, président du groupe Vivendi Africa, une licence de fournisseur Internet de très haut débit FTTH. Cette licence a été signée quelques jours plus tôt, le 11 janvier 2017, fait du groupe vivendi Africa, le premier opérateur de l’Internet très haut débit au Gabon.

Les nouvelles technologies au centre des préoccupations des autorités gabonaises

Cet accord entre le groupe français et l’État gabonais devrait permettre un meilleur accès à internet ainsi qu’un débit de très haut niveau et de très bonne qualité. Cet accord qui vise ménages et entreprises vient renforcer la politique gouvernementale lancée depuis quelques années en faveur des nouvelles technologies de communications et de l’information. Pour M. Lin Mombo, président de l’ARCEP, cet accord prometteur permettra «?de contribuer à la démocratisation de l’Internet dans les foyers, à soutenir le développement économique et social, en plus de participer largement au rayonnement des technologies de l’information et de la communication au Gabon?».

À travers l’agence nationale des infrastructures numériques de l’information et des fréquences (ANINF), véritable bras armé de la politique du numérique au Gabon, l’état continue de guerroyer dans ce secteur pour l’essor du numérique Gabonais. Pour l’heure, l’agence a à son actif de nombreuses réalisations dont la pose de 43 km de fibres optiques souterraines à Libreville et 35 km de fibres optiques souterraines posées dans le reste des capitales, 192 km de fibres optiques sous-marines, entre Libreville et Port-Gentil, le tout dans le but de fluidifier le réseau national et améliorer l’accessibilité et le débit de l’ADSL.

Bolloré à la conquête des télécoms en Afrique

Se félicitant de ce partenariat, Marco De Assis, président de GVA, s’est engagé à fournir dans les prochains mois, la fibre optique aérienne dans la capitale gabonaise et ses environs. Derrière cet accord Gabon-Groupe Vivendi Africa, se cache la volonté de Vincent Bolloré, président du groupe Vivendi, de conquérir l’Afrique en fournissant aux pays africains l’internet à haut débit. Au total, près de 5000 km de fibre optique déployés sur une demi — douzaine de pays africains. En Afrique de l’Ouest, le projet d’extension de la fibre optique va de pair avec la BlueLine, le chemin de fer que construit actuellement le groupe Bolloré, d’une longueur comprise entre 2.500 et 3?000 kilomètres, et qui reliera cinq pays ouest-africains à savoir le Bénin, le Togo, le Niger, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Le groupe Vivendi possède un certain savoir – faire et une grande expérience, avec il y’a quelques années des filiales dans le domaine telles que les opérateurs télécoms SFR en France, au Maroc Telecom au Maroc et GVT au Brésil (qui ont toutes été revendues), expérience dont il est bien décidé à faire bénéficier le Gabon. Cette nouvelle aventure, promet un bon avenir aux nouvelles technologies de communications et d’informations dans ce petit pays d’Afrique équatoriale.

 

Laisser un commentaire