Gabon : Bruno Ben Moubamba, une  erreur de casting d’Ali Bongo?

Gabon : Bruno Ben Moubamba, une erreur de casting d’Ali Bongo?

Le 2 octobre 2016, le Premier ministre gabonais Emmanuel Issozet Ngondet rendait public son gouvernement. Parmi les surprises de cette équipe gouvernementale figurait la nomination de Bruno Ben Moubamba, ancien opposant, autrefois virulent contre Ali Bongo au poste de vice-premier ministre en charge du logement. Depuis sa nomination, le nouveau ministre n’a cessé d’enchainer les coups d’éclat, souvent au détriment du gouvernement. En moins de 5 mois de présence au sein de l’exécutif gabonais, Bruno Ben Moubama a déjà promis de construire 253 000 logements. Pendant son précédent septennat, Ali Bongo avait reconnu n’en avoir construit que 3 000.

Il ne se passe pas une semaine sans qu’on ne parle de Bruno Ben Moubamba, le Vice-Premier ministre, ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement. Depuis qu’il est membre du gouvernement, l’ancien opposant multiplie les voyages à l’étranger, souvent sans en informer préalablement la mission diplomatique du Gabon dans le pays de destination comme le veut l’usage. C’était notamment le cas quand il s’est rendu en Angola où sa visite a pris de court tout le personnel de l’ambassade du Gabon dans ce pays.

Un ministre hyperactif

Le Vice-Premier ministre se montre très actif et n’hésite pas à s’impliquer dans les projets qui dépassent le périmètre de son ministère. C’est ainsi qu’il n’a pas hésité à afficher sur la place publique ses désaccords avec Florentin Moussavou, son collègue en charge de l’éducation nationale. Ce dernier avait pris un arrêté dans son ministère sans en référer à Bruno Ben Moubamba. Mécontent, l’ancien opposant n’a pas hésité à publier sur les réseaux sociaux un message dans lequel il accusait, sans le citer, Florentin Moussavou de saboter l’action d’Ali Bongo.

Cette sortie avait obligé le porte-parole du gouvernement Alain-Claude Bilié-By-Nzé à recadrer son Vice-Premier ministre dans une de ses conférences de presse hebdomadaires. Bruno Ben Moubamba semblait en effet ignorer la disposition constitutionnelle qui astreint chaque ministre à la solidarité gouvernementale. Rendant coup pour coup, Bruno Ben Moubamba n’a pas hésité sur les réseaux sociaux à rappeler à Bilié-By-Nzé qu’il figurait parmi les personnalités politiques pour lesquelles «le Peuple n’a aucune considération».

Visiblement insatisfait du rendement de certains hauts cadres de son administration, Bruno Ben Moubamba s’était résolu à mettre fin à leurs fonctions. C’est ainsi que sans respecter les procédures administratives, Bruno Ben Moubamba a publié une décision suspendant Juste Valère Okologho, le Directeur général de la Société nationale immobilière (SNI) de ses fonctions. Cependant, ce dernier ayant été nommé par une mesure individuelle prise en Conseil des ministres, seule une décision de suspension ou de mutation prise dans les mêmes formes lui était applicable. La décision de Bruno Ben Moubamba était caduque et Juste Valère Okologho n’a jamais quitté ses fonctions.

Fait curieux, dans l’affaire ‘‘Okologho’’ un proche collaborateur d’Ali Bongo avait indiqué à Bruno Ben Moubamba par courrier qu’il lui fallait attendre le cadre du Conseil des ministres pour statuer sur ce dossier … le Vice-Premier ministre n’en a pourtant pas tenu compte.

Cependant Bruno Ben Moubamba n’a pas manqué d’attaquer Juste Valère Okologho sur les réseaux sociaux. «Il paraît que le DG de la SNI conteste l’autorité qui m’a été dévolue par le président de la République et par le Premier ministre? […] Il conteste le leadership anti-corruption du VPM? […] D’accord» a-t-il écrit le 22 février sur sa page Facebook.

253 000 logements promis en 5 mois

Malgré les couacs, les proches de Bruno Ben Moubamba affirment qu’il veut marquer de son empreinte son passage au ministère de l’Habitat. Ainsi, l’ancien opposant qui affirme désormais assurer la «sécurité anthologique» d’Ali Bongo, s’active-t-il pour rechercher des partenaires.

Bruno Ben Moubamba veut construire des logements pour les Gabonais et il veut le montrer. En mettant en scène tous ses rendez-vous avec des potentiels investisseurs, la 2e personnalité du gouvernement a fini par promettre bien plus de logements que ce que le Gabon ne peut en construire sur un septennat.

Pas moins de 253 000 logements seront construits à l’initiative de Bruno Ben Moubamba si l’on en croit les différentes annonces du patron du ministère de l’Habitat. Les entreprises chinoises One Holding Group Limited et CFHEC devraient construire à elles seules 210 000 logements. L’entreprise portugaise Omatapalo Somust devrait-elle construire 5 000 logements par an soit 35 000 sur 7 ans. 3 autres entreprises (sud-africaine et gabonaises) devraient construire 13 000 logements selon ses projections.

Projets de construction de logements du Vice-Premier ministre Bruno Ben Moubamba

L’ancien opposant le jure, une très grande majorité des logements (plus de 200 000) sera construite sans argent ni garantie publics. Cependant, des experts du ministère de l’Habitat interrogés par africapostnews.com ont émis des doutes sur le modèle économique, la viabilité de ces projets et les capacités du Gabon à les réaliser dans des délais si courts.

Erreur de casting?

Au sein de l’exécutif gabonais, on s’interroge sur Bruno Ben Moubamba. Un ministre interrogé par africapostnews déclare sous couvert de l’anonymat «Le patron (NDLR Ali Bongo) croyait bien faire en faisant rentrer Moubamba au gouvernement, mais il faut bien se l’avouer, c’est une grosse erreur de casting». Pour ce ministre, l’ancien opposant pense être un Premier ministre bis, mais il ne l’est pas.

Un autre haut-fonctionnaire est encore plus amère «Moubamba est incompétent, il ne comprend pas grand-chose à l’administration». Pour lui, la redistribution des cartes après le dialogue et les prochaines élections législatives offriront à Ali Bongo la possibilité d’écarter l’ancien opposant du gouvernement.

Malgré cela Bruno Ben Moubamba se montre serein «Je ne suis pas venu au gouvernement pour faire carrière, ni pour m’enrichir». Il se sent proche d’Ali Bongo même si celui profitent des Conseils des ministres pour appeler les membres du gouvernement à la solidarité et pour leur rappeler les amitiés qu’il a tissées dans sa vie personnelle, ne l’empêcheront de sévir quand il le jugera nécessaire.

Laisser un commentaire