Gabon : pourquoi le FMI s’intéresse-t-il à la masse salariale de la fonction publique

Libreville - bord de mer
Libreville – Bord de mer

Le FMI se prépare à entamer une mission au Gabon afin d’auditer la masse salariale du pays. Cette initiative a été lancée face à l’augmentation continue des salaires publics gabonais.

Bien que le Gabon soit en période de crise, ses dépenses ne cessent d’augmenter, spécialement la masse salariale dont la croissance importante reste inexpliquée. Dans le but de comprendre la situation, le Fonds monétaire international a décidé d’envoyer une mission vers la capitale gabonaise afin d’auditer la masse salariale qui aurait explosé au cours des 13 dernières années.

Selon Mays-mouissi.com le nombre d’emplois publics au Gabon aurait progressé de 100 % entre 2004 et 2014 et 61 % des employés gabonais seraient des agents de l’État gabonais. Les dépenses publiques, quant à elles seraient passées de 226 milliards à 691 milliards de francs CFA au cours de la même période, soit une évolution de 205 %.

Au troisième trimestre 2016, la masse salariale était en dépassement de plus de 20 % comparé à l’année précédente. Sur la même période en 2015, elle est ainsi passée de 421,86 milliards de francs CFA à 506,55 milliards de francs CFA en 2016.

Augmentation de la masse salariale et de la dette publique

D’après les autorités gabonaises, cette augmentation est expliquée par la progression de 21 % de la solde permanente et des effectifs de la main-d’œuvre non permanente ayant augmenté de 4 %. Ces augmentations ne sont pas positives à l’économie du pays, en crise depuis la chute des cours du pétrole dont le pays dépend a plus de 50 %.

Pendant ce temps, la dette publique a augmenté de 150 % depuis 2009 et le Gabon devrait faire attention à ses dépenses pour contrer ce phénomène, bien au contraire celles-ci s’accroissent de façon incompréhensible. Selon les chiffres officiels, le taux de chômage est actuellement de 30 %, il est donc surprenant que la masse salariale puisse augmenter dans de telles conditions.

Interrogations répétitives du FMI

Ce n’est pas la première fois que le FMI s’interroge sur les dépenses publiques du gouvernement gabonais. Et cette mission du FMI, n’est pas sans précédent, en 2016 déjà l’organisation pointait du doigt les dépenses publiques massives au Gabon. En novembre dernier, Alex Segura Ubiergo, chef de la mission du FMI au Gabon, avait pourtant félicité les autorités pour leur aptitude à contrer la crise pétrolière, tout en recommandant une «?nécessité pour le gouvernement de maîtriser la dépense publique?». Tout laisse penser que cette fois-ci le FMI demandera des engagements fermes de la part de l’État gabonais.

Laisser un commentaire