Gabon-Législatives : Alexandre Barro Chambrier battu au 4e arrondissement de Libreville de 169 voix

Alexandre Barro Chambrier

Libreville (Africapostnews) – L’opposant Alexandre Barro Chambrier, leader du Rassemblement Héritage & Modernité (RHM) a été battu à l’issue du second tour des élections législatives dans son fief du 4e arrondissement 1er siège de la commune de Libreville. C’est un coup dans tonnerre dont l’écho va au-delà de la circonscription.

A l’issue des premiers décomptes nous étant parvenus, l’opposant Alexandre Barro Chambrier aurait obtenu 1977 voix contre 2146 pour son adversaire Ndong Ekomi du parti démocratique gabonais (PDG – au pouvoir) soit 169 voix d’écart.

Ce samedi, en marge du scrutin les équipes de l’opposant n’ont cessé de dénoncer des fraudes et des intimidations sur les réseaux sociaux en publiant des dizaines de photos et de vidéos des bureaux de vote. L’un des proches d’Alexandre Barro Chambrier s’est insurgé contre « les bourrages d’urnes ».

Dans ce scrutin qui a pris une autre dimension, de nombreux ministres en tête desquels Emmanuel Issozet Ngondet se sont déplacés pour apporter leur soutien à Ndong Ekomi afin qu’il fasse tomber Alexandre Barro Chambrier pour que celui-ci n’aille pas se présenter à l’étranger comme « leader de l’opposition ». Face aux militants du PDG, le premier ministre Emmanuel Issozet Ngondet a même affirmé que le média panafricain Jeune Afrique l’avait contacté pour lui demander pourquoi le parti au pouvoir ne mettait pas fin à la carrière politique de l’opposant Alexandre Barro Chambrier. Propos immédiatement démentis par la rédaction de Jeune Afrique.

Le PDG au pouvoir qui a mobilisé d’énormes moyens financiers et une impressionnante logistique n’a jamais pardonné à Alexandre Barro Chambrier son passage à l’opposition.

Personne dans l’équipe de l’opposant n’était disponible pour nous répondre. Cependant, le faible écart de voix qui sépare Alexandre Barro Chambrier et Ndong Ekomi ainsi que les soupçons de fraude vont vraisemblablement conduire à un contentieux.

Laisser un commentaire