Gabon : Pluie de grèves à quelques jours de la CAN

A quelques jours de la coupe d’Afrique des nations,  rien ne va plus dans la capitale gabonaise qui abritera ladite compétition sportive du 14 janvier au 11 février prochain.

A l’origine une élection contestée

Après une élection contestée et des violences postélectorales en septembre dernier, le pays connait de graves troubles socio-politiques  ponctués par de nombreux mouvements de grèves, et ce dans de multiples secteurs. La dernière en date, Ce Mardi 10 Janvier 2017,  est celle des enseignants  du  lycée d’application Nelson Mandela qui sont rentrés en grève  illimitée.  Cette décision a été prise au sortir d’une assemblée générale, par le corps professoral de cet établissement secondaire, pour protester contre les conditions d’enseignement inadaptées et difficiles. Dans leur manifeste, il est fait  mention des multiples dysfonctionnements et problèmes que rencontrent les professeurs, les élèves et l’établissement qui vont du manque de tables-bancs, bureaux, à l’absence de matériels dans les laboratoires et d’équipements sportifs adaptés, en passant par les manques d’eau et d’électricité. le Lycée d’application Nelson Mandela rejoint un autre lycée, Paul Indjendjet Gondjout rentré en grève la semaine dernière.

Plus tôt dans la journée, toujours à Libreville, une importante assemblée générale aurait eu lieu dans un parking et aurait rassemblé les agents de l’agence nationale des infrastructures numériques et  des fréquences (ANINF). Ce rassemblement  se serait soldé par la décision de l’entrée en grève de ladite structure, dès le 17 janvier 2016.

La veille déjà, le lundi 09 janvier 2016,  dans un communiqué, la dynamique unitaire, un syndicat de l’éducation nationale, rentrait en grève illimitée, en annonçant que la reprise des cours ne serait conditionnée que par la satisfaction entière de ses doléances.

Des nouveaux préavis de grèves déposés chaque semaine

Le 05 dernier, un préavis de grève aurait été déposé par le Syndicat National des agents de la santé (Synas), suite au non-respect par les autorités du protocole d’accord du 09 Mai 2015 et au non-paiement des primes des agents. Dans le même ordre d’idée, les agents de la direction générale du budget ont eux aussi exprimé leur mécontentement  suite au non- paiement de leurs primes sans pour autant menacer d’entrer en grève.

Ainsi, ces récentes grèves viennent s’ajouter à la pluie de mouvements de mécontentement et de contestation qui inondent le paysage socio-éducatif -professionnel gabonais et mettent en lumière de nombreux manquements et dysfonctionnements de l’état vis-à-vis des entreprises, agences, et établissements, pour lesquels il n’honorerait pas ses engagements. Avec la coupe d’Afrique des nations à venir, les agents et les structures lésés reprochent aux décideurs plus que jamais, de prioriser des événements distractifs au détriment des vrais enjeux économiques et sociaux.

Cette vague de grèves n’arrangera pas les affaires d’Ali Bongo Ondimba et son gouvernement, pris dans une opération de séduction de l’opinion internationale à l’aube de la compétition sportive majeure du continent.

Laisser un commentaire