Gabon : un proche de Jean Ping arrêté pour détention d’armes et de munitions de guerre

Gabon : un proche de Jean Ping arrêté pour détention d’armes et de munitions de guerre

News Gabon – Le bras de fer à distance que se livrent Ali Bongo et Jean Ping se poursuit par des arrestations interposées. Ce 13 avril, l’assistant personnel de Jean Ping, Alain Djally, a été arrêté avec son épouse alors qu’il s’apprêtait à se rendre au domicile du leader de l’opposition gabonaise. Selon son avocat et des sources judiciaires, son arrestation serait motivée par la détention d’une arme et des munitions de guerre.

Maitre Jean-Rémy Batsantsa, l’avocat commis par Jean Ping pour défendre Alain Djally et son épouse n’en démord pas. Pour lui ces arrestations sont injustifiées. Selon Maitre Jean-Rémy Batsantsa, le domicile d’Alain Djally a été perquisitionné sans mandat et son client disposerait d’un permis de port d’armes en bonne et due forme. L’avocat s’interroge par ailleurs sur les mobiles qui ont conduit à arrêter l’épouse d’Alain Djally. Celle-ci a d’abord été conduit avec son conjoint à la DGR avant d’être ramené à son domicile quelques heures plus tard pour une perquisition qui ne serait pas conforme aux procédures légales en la matière.

Toujours selon Maitre Batsantsta, les gendarmes en poste à la DGR l’ont empêché de voir son client dont il est sans nouvelle jusqu’à présent.

Une source judiciaire proche du dossier se défend cependant des accusations d’arrestations politiques visant à affaiblir Jean Ping proférées suite à ces arrestations. « La justice est la même pour tous, même pour les proches de Jean Ping » a affirmé notre source.

Alain Djally est un ancien militaire. Il est l’aide de camp de Jean Jean Ping depuis plusieurs années. Il assurait notamment cette fonction lorsque celui-ci était en poste à l’Union africaine en qualité de Président de la commission de l’UA.

Alain Djally est toujours détenu et passera certainement sa nuit en cellule dans les locaux de la Direction générale de recherche (DGR), une unité de la gendarmerie à Libreville.

Laisser un commentaire