Gabon : Yves Fernand-Manfoumbi et Paul Biyoghé Mba éjectés du prochain gouvernement ?

Yves Fernand-Manfoumbi et Paul Biyoghé Mba dans le viseur de l'Opération Mamba ?
Yves Fernand-Manfoumbi et Paul Biyoghé Mba dans le viseur de l’Opération Mamba ?

Gabon News – Selon La Lettre du Continent, Yves-Fernand Manfoumbi et Paul Biyoghé Mba, respectivement ministre de l’Agriculture et ministre d’État en charge du Développement Social et Familial, seraient évincés du prochain gouvernement. Les deux hommes seraient impliqués dans le scandale politico-financier du groupe Santullo-Sericom.

Le Chef de l’État gabonais souhaite faire le ménage autour de lui. Par conséquent, il n’hésite pas à s’en prendre à ses plus proches collaborateurs ou soutiens politiques.  Yves-Fernand Manfoumbi et Paul Biyoghé Mba, sont deux personnalités d’envergure au Gabon. En apparence, elles ont joué rôle déterminant dans l’élection d’Ali Bongo Ondimba en 2009 et lors de sa réélection en 2016.

Aujourd’hui, l’un comme l’autre est dans le viseur de l’opération Mamba par l’« Opération Mamba ». Une vaste opération anti-corruption lancé en janvier 2017 par les autorités gabonaises.

Depuis lors, de nombreuses têtes sont tombées au sein de l’administration gabonaise. Parmi lesquelles, Landry Patrick Oyaya, ancien DG du Fonds d’entretien routier de deuxième génération (Fer2), Grégoire Bayima, ancien DG de l’Entretien des routes et aérodrome, Alain-Paul Ndjoubi DG des Douanes, Étienne Dieudonné Ngoubou ex-ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, Magloire Ngambia ancien ministre de l’Économie…

Justement, le nom de Magloire Ngambia apparait dans une affaire dans laquelle a trempé Paul Biyoghé Mba, alors Premier ministre.

En juillet 2010, Paul Biyoghé Mba, avait accordé au groupe Santullo un contrat portant sur construction du tronçon routier reliant la ville de Tchibanga à celle de Mayumba. D’après le site d’information Gabonreview, le montant de ce marché public s’élevait à 166 milliards de FCFA. Pour bon nombre d’observateurs, le montant astronomique de l’attribution de ce marché cachait indéniablement l’existence de rétro-commissions.

Fait curieux, 7 ans plus tard, deux des hauts responsables liés à l’octroi de ce marché au groupe Santullo-Sericom ont été envoyés en prison. Il s’agit de Léon Ndong Nteme ancien directeur général du budget et de Magloire Ngambia ancien ministre de l’Économie. Ce dernier aurait détourné la somme stratosphérique de 500 milliards de francs CFA soit l’équivalent de 762 millions d’euros… Limogé de la direction générale du budget, Léon Ndong Nteme s’était fait remplacer par Yves-Fernand Manfoumbi…

Yves Fernand-Manfoumbi proche de tomber en disgrâce ?

Depuis plusieurs semaines déjà, le nom d’Yves-Fernand Manfoumbi, l’actuel ministre de l’Agriculture est sur toutes lèvres à Libreville. En effet, il se susurre ici et là que l’ancien directeur général du budget serait sur le point d’être « mordu » par l’« Opération Mamba ».

Et justement, le nom d’Yves-Fernand Manfoumbi est régulièrement évoqué par la presse gabonaise. Dans son numéro 12441 du mercredi 7 juin dernier, le quotidien gouvernemental l’UNION en parlait encore. De ce que l’on sait, l’actuel ministre de l’Agriculture serait fortement impliqué dans l’affaire dite Santulo.

Pour rappel, cette dernière oppose l’homme d’affaires italien Guido Santullo à l’État gabonais. Les autorités gabonaises soupçonnent Guido Santullo d’avoir graissé la patte à plusieurs responsables de l’administration pour décrocher de juteux marchés publics.

Par ailleurs, le patron du groupe de BTP Sericom est accusé d’être l’auteur de surfacturations s’élevant à plusieurs millions d’euros. Guido Santullo réclame à l’État gabonais le paiement d’une ardoise de 350 milliards de FCFA. La justice gabonaise quant à elle le soupçonne d’avoir versé des rétrocommissions à plusieurs hauts fonctionnaires.

 

  1. […] Limogé du gouvernement en février dernier après avoir été filmé dans une rencontre politique dans une posture humiliante, Yves-Fernand Manfoumbi mise tout sur son élection à l’Assemblée nationale pour rebondir et revenir dans les bonnes grâces du président gabonais Ali Bongo. […]

Laisser un commentaire