Gambie : Investiture d'Adama Barrow, Jammeh résiste à la communauté internationale

C’est aujourd’hui, jeudi 19 janvier qu’Adama Barrow a été investi comme le nouveau président de la Gambie. La cérémonie a eu lieu à l’ambassade gambienne au Sénégal, où il s’est réfugié craignant pour sa sécurité. L’investiture du nouveau président s’est déroulée dans une pièce sobre, le plus important était le message envoyé à son adversaire Yahya Jemmeh.

Durant son discours Barrow a invité la communauté internationale, la CEDEAO, l’Union africaine et les Nations Unies à le soutenir dans son combat pour le respect du vote des gambiens. Quelques diplomates étrangers ont participé à la cérémonie à Dakar alors que des troupes ouest-africaines étaient positionnées à la frontière gambienne (en territoire sénégalais), prêtes a intervenir pour détrôner Jammeh du poste qu’il occupe désormais «?illégalement?».

Adama Barrow appelle au calme

A peine investi, Adama Barrow a déclaré, « la violence sera à jamais éradiquée du quotidien des Gambiens. Il n’y a pas de perdants dans cette élection. On promet d’unifier notre peuple. Aujourd’hui, la plupart des Gambiens sont unis pour donner à leur pays un nouveau départ. Aujourd’hui, je suis le président de tous les Gambiens.» Barrow a ensuite invité l’armée gambienne à être loyale et à rester dans les casernes. Il a ajouté que «?ceux qui seront vus en possession d’armes sans son ordre seront considérés comme des rebelles?». Le chef de l’armée gambienne, Ousman Badjie avait déclaré plus tôt dans la journée qu’il ne mettrait pas la sécurité de ses soldats en risque, et a été filmé en train de célébrer l’investiture d’Adama Barrow.

Des troupes à la frontière avec le Sénégal

Des milliers de Gambiens se sont réfugiés au Sénégal ou dans les zones rurales par peur des représailles. Les troupes militaires de plusieurs états de l’Afrique de l’Ouest (Ghana, Nigeria, Sénégal et Mali) sont prêtes à entrer en Gambie si Jammeh insiste à garder le pouvoir. Le conseil de sécurité de l’ONU a voté une résolution appelant Jammeh à concéder sa défaite. Aux dernières nouvelles, l’intervention militaire en Gambie aurait été interrompue et le président Guinéen Alpha Condé devrait tenter une nouvelle tentative de médiation.

 

Laisser un commentaire