Ghana : 110 ministres pour le gouvernement de Nana Akufo-Addo … le président s'explique

Nana Addo accusé de former un « gouvernement éléphant » s’est expliqué hier soir sur son choix © Togo media

L’on apprenait mercredi la composition de l’équipe gouvernementale qui accompagnerait le président ghanéen durant son mandat. Et c’est pas moins de 110 ministres qui ont été nommés. Un chiffre qui avait fait polémique. Vu les proportions du scandale, le président ghanéen a tenté de s’expliquer vendredi soir lors d’une allocution télévisée.  

À la suite de l’élection présidentielle ghanéenne qui s’est tenue le 7 janvier 2017, l’avocat Nana Akufo-Addo était porté à la tête du pays. La composition de son gouvernement était par ailleurs très attendue. C’est finalement le 15 mars que le président à dévoilé qui sont ceux et celles qui l’accompagneront durant son mandat. Au total ce sera donc 110 ministres. Un gouvernement qualifié de « gouvernement éléphant » par des leaders de l’opposition.

40 ministres, 50 ministres délégués et 20 ministres régionaux

L’annonce de ce gouvernement a fait parler et couler beaucoup de salive. Que ce soit dans la presse ou sur les réseaux sociaux, les critiques ont fusé de toutes parts. En effet, l’opposition dénonçait notamment le coût que nécessiterait un tel gouvernement. Elle arguait que payer ces ministres reviendrait à creuser davantage les finances publiques, ce qui n’arrangerait pas la situation économique difficile dans laquelle se trouve actuellement le pays. Ajoutons que l’une des promesses de campagne du candidat Akufo-Addo était de doper la croissance économique. La nomination récente des 110 ministres semble, pour certains, aller quelque peu à l’encontre de cette idée.

Cent dix. Un chiffre qui vient d’ailleurs battre le record détenu par son prédécesseur, John Dramani Mahama. Celui-ci n’avait pas échappé à la polémique en annonçant un gouvernement de 84 ministres. Un chose que s’est empressé de rappeler George Lawson, secrétaire général adjoint du Congrès National Démocratique (NDC), parti d’opposition de l’ex-président : « Les mêmes personnes qui se sont insurgées quand John Mahama a nommé 84 ministres, en nomment maintenant 110 », s’est-il étonné au micro de l’AFP.

Un investissement nécessaire

Pour justifier son choix, le président parle d’un « investissement nécessaire ». Le chef de l’État entend toujours redresser le pays économiquement et avoue devoir faire face à de nouveaux défis. C’est la raison pour laquelle il a besoin, selon lui, d’être bien entouré dans l’exercice de ses fonctions. Son gouvernement est pour lui « composé de femmes et d’hommes capables de servir les intérêts de la nation ». Des personnes prêtes à travailler. « Ce ne sera pas les vacances » rassure-t-il.

« Si je réussis, vous découvrirez bientôt que le brouhaha actuel n’est rien comparé au succès » déclare le président ghanéen sur son compte Twitter

Visiblement, Nana Akufo-Addo ne semble pas être ébranlé par la critique et reste serein. Il affirme même « Si je réussis, vous découvrirez bientôt que le brouhaha actuel n’est rien comparé au succès ». Une façon de clouer le bec à ses détracteurs. Une chose est sûre ces derniers observeront avec attention les actions du président et de ses 110 ministres.

Wait and see …

Laisser un commentaire