Ghana : des femmes prennent des pilules éclaircissantes pendant leur grossesse pour espérer accoucher d’un bébé plus clair

Des femmes s’eclaircissent la peau enceinte pensant affecter le teint denleur futur enfant
Source : La nouvelle tribune

Après la tendance qui consiste à masser son ventre avec des produits de dépigmentation pour espérer avoir un bébé à la peau plus claire, les femmes ghanéennes ont trouvé une nouvelle technique pour éclaircir leur bébé. Il suffirait de boire des pilules vendues au marché noir pour que l’enfant ait la peau plus claire. Cette nouvelle pratique est dénoncée et interdite par le gouvernement qui menace des sanctions judiciaires pour toutes les personnes qui le vendent ou l’achètent.

Après l’interdiction de l’utilisation des produits éclaircissants en 2017, le gouvernement espérait diminuer leur consommation. Ces produits seraient très dangereux pour la santé en raison de la présence de l’hydroquinone, composé aromatique sous forme de poudre qui a des propriétés chimiques toxiques.

Une pilule à prendre pendant la grossesse rendrait l’enfant plus claire

Une nouvelle tendance est née au Ghana. Les femmes qui espèrent avoir un enfant avec une peau plus claire prennent des pilules particulières. Ces pilules sont souvent introduites clandestinement dans le pays. Cette nouvelle pratique est en train de se développer malgré les multiples avertissements des autorités sur les dangers que peuvent présenter ces produits. Un communiqué du gouvernement a prévenu la population sur la dangerosité de ces médicaments  en soulignant que ces produits n’ont aucune preuve attestant qu’ils éclaircissent la peau de l’enfant pendant la grossesse.

Ces pilules présenteraient de nombreux risques sanitaires. En effet, des experts médicaux ont énuméré des malformations congénitales, des dommages au niveau des organes internes, ainsi que des membres de l’enfant. Suite au non-respect des prescriptions de sécurité données par les autorités, ils ont promis des poursuites en justice pour quiconque s’aviseraient de procéder à la vente ou à l’achat de ses comprimés illicites. Avoir la peau claire serait une obsession pour plusieurs femmes. Une autre tendance serait de masser son ventre avec des produits de dépigmentation pour espérer avoir un bébé à la peau très claire. Malgré les recommandations des autorités, les femmes ne semblent pas arrêter de vouloir un enfant plus claire de peau.

La dépigmentation toujours pratiquée malgré l’interdiction des autorités

En 2017, les autorités en charge des produits alimentaires et pharmaceutiques avaient interdit la vente des produits éclaircissants. Le blanchiment de la peau condamné à cause des conséquences sur la santé, ils ont essayé d’y mettre fin. Malheureusement, leur usage n’a pas diminué pour autant.  Plusieurs femmes au Ghana auraient une obsession, celle de se débarrasser de leur peau dites « trop foncée » au profit d’une peau plus claire.  Cette décision rendue publique par la présidente par interim de la Food and Drugs Authority (FDA) devant le Comité des comptes Publics, madame Mimi Darko après plusieurs tests en laboratoire visant à identifier les dangers de ces crèmes.

« L’agent blanchissant contenu dans ces crèmes est l’hydroquinone. Il devrait y avoir zéro pourcent d’hydroquinone dans ces crèmes. Depuis Janvier 2017, nous n’enregistrons plus les produits contenant de l’hydroquinoney » avait-elle déclaré. Le Ghana lutte contre la dépigmentation de la peau depuis de nombreuses années. Le blanchiment de la peau serait lié à des complexes de personnes en mal de reconnaissance. Le Ghana reste un des pays dans lequel cette pratique est répandue. Le terme « produits ghanéens » avait été donné aux produits éclaircissants pour rappeler que ce sont eux qui l’utilisent le plus dans la sous-région.

Laisser un commentaire