GUINÉE – Massacre du  28 septembre, « Toumba » demande la liberté provisoire

Aboubacar Diakité dit « Toumba », l’ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara © AFP / Seyllou

Actualité Guinée Conakry — Le 4 avril 2017, le militaire « Toumba » Diakite, a demandé à être mis en liberté provisoire considérant que son incarcération n’était plus nécessaire compte tenu de la fin des débats contradictoires.
Ce militaire est un ancien aide de camp de Dadis Camara qui a été extradé du Sénégal le 12 mars dernier dans le cadre de l’affaire dite du Massacre du 28 septembre.
Page sombre de l’histoire guinéenne, le 28 septembre 2009, la junte militaire de Dadis avait réprimé un rassemblement dans le plus grand stade de Conakry. Le bilan avait été arrêté selon l’ONU, à au moins 156 personnes tuées et 109 femmes violées, dont certaines ont été emmenées de force dans des camps militaires puis réduites en esclavage sexuel pendant plusieurs jours.

Une procédure longue dont le dénouement approche

L’instruction avait été ouverte en février 2010 et avait finalement connu une accélération en 2014 notamment du fait de l’implication de la Cour Pénale Internationale et de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme. En exil depuis à Ouagadougou , Dadis avait été inculpé en 2015. D’après le site africaguinee.com, ce dernier se serait d’ailleurs récemment réconcilié avec le Président Alpha Condé qui lui aurait permis d’effectuer un voyage au Maroc.
Son bras droit, Toumba qui avait lui aussi, fui la justice de son pays avait cependant finalement été présenté à la justice guinéenne. L’examen au fond de l’affaire dans laquelle sont également inculpés une quinzaine de figures de proue du régime autoritaire et tristement célèbre de Dadis Camara étant terminé, les avocats de Toumba ont demandé à ce qu’il soit mis en liberté provisoire. Selon la loi guinéenne, ils ont 7 jours pour répondre à cette demande.
 

Laisser un commentaire