Kenya : les médecins protestent après la suspension d’un des leurs suite à une opération sur le mauvais patient

Près de 500 médecins seniors réclament la levée de la suspension d’un de leur confrère à l’hopital national Kenyatta©?The Standard

Société Kenya (Nairobi) – Près de 500 médecins sont entrés en grève à Nairobi demrandant la levée de la sanction de leur confrère suspendu après avoir opéré le mauvais patient.

La semaine dernière la presse nationale et internationale révélait qu’un patient avait été opéré par erreur dans un hôpital kenyan. En effet, c’est après plusieurs heures d’opération sur le cerveau du patient que le neurochirurgien s’était rendu compte qu’il ne s’agissait pas de la bonne personne. Si le patient présentait effectivement un œdème cérébral, son cas ne nécessitait pas une intervention chirurgicale, rapporte une source.

La nouvelle avait fait grand bruit et l’Hôpital National Kenyatta décidait en suivant de suspendre le médecin responsable de l’erreur. Avec lui, deux infirmières ainsi que l’anesthésiste présent dans la salle d’opération.

Ce mardi, près de 500 médecins protestent contre la décision de l’établissement médical. Ils refusent de travailler et demandent la réintégration de leur confrère.

Une grève qui cache plusieurs revendications 

Selon Samuel Oroko, président du syndicat des médecins, la suspension du neurochirurgien ne résous pas les problèmes de base rencontrés au sein de la structure hospitalière. Pour lui, cette erreur démontre un besoin urgent de restructuration du système hospitalier général au Kenya.

Pour eux la refonte passerait entre autre par de meilleures conditions de travail, la digitalisation des systèmes de réservations de l’hôpital ou encore une augmentation des salles d’opération.

Mais les médecins profitent également de la lumière faite sur leur profession pour réclamer par ailleurs les indemnités promises par le gouvernement l’année dernière. Ces dernières restent impayés à ce jour selon leurs dires.

Cette grève qui ne touche qu’un hôpital pour l’instant, reste à surveiller en raison de l’effet boule de neige qu’elle pourrait engendrer. En effet, il s’agit d’un des plus grands hôpitaux de la région. Le risque que des structures d’autres régions et provinces suivent le mouvement reste grand.

Laisser un commentaire