La Centrafrique : un pays en guerre oublié de tous

Centrafrique Guerre
La guerre en Centrafrique a fait des milliers de déplacés.

Actualité Centrafrique – Le groupe terroriste Boko Haram fait les choux gras de la presse mondiale toutefois, une autre tragédie a actuellement lieu en Afrique et se passe sous les yeux du monde. La République centrafricaine (RCA), est semble-t-il oublié de tous. En effet, depuis de nombreux mois y sévit une coalition de rebelles impitoyables qui se fait appeler Seleka.

L’ancien président de la République centrafricaine François Bozizé, qui a pris le pouvoir en 2003, a été renversé par la Seleka en mars 2013. En provenance du nord-est éloigné et appauvri, la Seleka, ou « alliance » dans la langue nationale, a commis des abus répandus.

En effet, ce groupe de rebelles s’est engagé dans le meurtre arbitraire de civils, y compris les femmes, les enfants et les personnes âgées. D’innombrables personnes, en particulier dans les zones rurales, ont fui leurs maisons et se sont réfugiées dans la brousse. Ces réfugiés vivent dans la peur constante d’une attaque des combattants de la Seleka.

Alors que le pays est revenu au « statut démocratique » avec l’élection en 2016 du président Faustin-Archange Touadera, les milices sont toujours présentes. Avec d’autres groupes armés, ils se disputent le pouvoir et la légitimité dans des régions hors de portée de l’ONU ou du gouvernement.

 Les combats entre les milices ont fait environ 300 personnes et ont fait 100.000 déplacés en République centrafricaine ce mois-ci, le pire des déplacements depuis 2013.

La Centrafrique qualifiée « de pays à haut risque »

Selon l’ONU, il y a eu 33 incidents enregistrés contre des humanitaires à travers le pays cette année seulement. Par ailleurs, le pays est désormais classifié « parmi les pays à haut risque » pour y mener l’aide humanitaire.

En effet, l’instabilité, en particulier dans les zones rurales, a entravé de manière sévère le travail humanitaire pour la distribution de la nourriture et du soutien médical. Médecins sans frontières (MSF) affirme que les attaques sont à des niveaux non observés depuis des années et que les civils n’ont pas été épargnés.

Selon l’UNICEF moins 2,2 millions de personnes ou la moitié du pays ont désespérément besoin d’aide humanitaire. Près de la moitié, des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique et environ un enfant sur sept mourra avant de 5 ans.

En outre, un Centrafricain sur cinq est actuellement déplacé et près d’un demi-million d’entre eux se sont réfugiés à l’extérieur du pays.On estime à soixante-huit pour cent (68%) les filles mariées avant 18 ans. La plupart des réfugiés centrafricains sont maintenant dans des camps au Cameroun, au Tchad, en République démocratique du Congo et en République du Congo.

Pourtant, la communauté internationale demeure d’une indifférence consternante. En effet, seulement 11% du plan d’intervention d’urgence a été mis en œuvre. La RCA a subi des combats, des abus et des bouleversements récurrents depuis des décennies.

 

Laisser un commentaire