L’Afrique se tourne vers le nucléaire

L'Afrique veut construire des centrales nucléaires
Deux réacteurs nucléaires en Afrique du Sud.

(APN) – Plusieurs pays du continent ont émis le souhait d’opter pour une solution nucléaire à l’horizon 2025 pour palier le déficit énergétique.

L’énergie est un enjeu majeur pour le développement du continent africain. Le besoin d’infrastructures et d’équipements industriels qui devraient attirer des investisseurs nécessitent une haute demande d’électricité. De plus, avec une population en perpétuelle croissance, l’accès à l’électricité est de plus en plus difficile ; 650 millions de personnes vivent sans électricité.

Les projets d’électrification se multiplient depuis de nombreuses années sans jamais porter de fruits. Seules quelques initiatives voient le jour mais ne bénéficient qu’à une infime quantité de personnes. Souvent quelques villages sont éclairés ; quoique encourageantes, ces mesures ne sont pas significatives à l’échelle du continent.

De nombreux pays africains ont donc décider de se tourner vers la construction de centrales nucléaires. Ce sont : le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, l’Egypte, le Ghana, le Kenya, l’Ouganda, la Zambie, le Niger, le Nigéria et le Soudan. Certains pays dans la liste disposent déjà de réacteurs nucléaires et souhaiteraient passer à la production. Ainsi, à l’horizon 2025, cinq pays seront équipés et rejoindraient l’Afrique du Sud, seul pays du continent qui dispose d’une centrale opérationnelle.

La ruée vers le nucléaire

Alors que plusieurs pays occidentaux tournent le dos au nucléaire, cette solution séduit beaucoup de pays en Afrique. En effet, le continent dispose d’importantes ressources d’uranium, ce qui fait saliver particulièrement les partisans de cette technologie très coûteuse. Aussi, des pays comme la Chine, la France et la Russie encouragent l’initiative des pays africains.

En plus d’être onéreuse, le nucléaire est un sujet à polémiques. En effet, de telles centrales présentent de nombreux risques sécuritaires, environnementaux et la construction de celles-ci demande beaucoup d’effort. Mais cela ne semble pas refroidir les dirigeants des pays africains. À l’heure où le monde lorgne vers les énergies renouvelables, on note que plus du tiers de candidat à l’énergie nucléaire sont africains selon l’Agence internationale de l’énergie nucléaire (AIEA).

Laisser un commentaire