Le Rwanda interdit l'importation et la vente des produits Lactalis

Interdiction du groupe Lactalis au Rwanda
Lait infantile de la marque Lactalis. CREDITS : Sciences et Avenir

Rwanda News – Après le scandale des lots de lait infantile sortant de l’usine du groupe français Lactalis à Craon et possiblement contaminés par la salmonelle, le Rwanda a décidé de fermer ses frontières et ses marchés aux produits de la marque.

Le scandale a éclaté le 9 janvier dernier en France où 35 nourrissons ont été recensés atteints de la salmonellose après avoir consommé des produits du groupe Lactalis ; dix-huit d’entre eux ont dû être hospitalisés. Suite à cela, des centaines de familles ont déposé plainte contre le groupe. Enfin, le ministre de l’Economie français a demandé la suspension de la commercialisation des produits concernés ainsi que le rappel de plusieurs tonnes de lots déjà sur le marché.

Maladie infectieuse provoquée par des bactéries de type Salmonella, la salmonellose est l’une des principales causes d’intoxication alimentaire qui se traduit par des diarrhées, nausées, vomissements, douleurs abdominales, maux de tête et fièvre. Si la maladie se soigne efficacement grâce à des antibiotiques, elle reste dangereuse, surtout pour les nourrissons.

Les produits Lactalis bannis du marché rwandais

Afin d’éviter tout drame, le ministère rwandais de la Santé a appelé les Rwandais à éviter de consommer les produits du groupe Lactalis tels que les laits infantiles, les céréales et les jus vendus sous les marques Celia, Cereline et Picot.

« Le ministère demande à tous les commerçants de laits, aliments et boissons du groupe de cesser immédiatement la vente des produits et de les déclarer au Rwanda Standards Board (RSB). L’importation et la vente de ces produits est prohibée et cette décision prend effet immédiatement » a déclaré Dr Diane Gashumba, ministre de la Santé.

« Toute personne dont l’enfant a consommé un des produits cités et présente des symptômes tels que des maux de ventre, la diarrhée ou une fièvre est priée d’amener urgemment son enfant à l’hôpital le plus proche » a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire