Le Tchad met en place un numéro vert pour lutter contre la corruption et les détournements de fonds

Le président Tchadien Idriss Deby
Le président Tchadien Idriss Deby

(APN) – Le pays d’Afrique centrale en proie à une situation financière difficile, notamment à cause de la chute des cours du pétrole, met en place un numéro vert pour lutter contre la corruption et les détournements de fonds.

La chute des cours du pétrole a eu un effet néfaste sur bon nombre d’économies. Le Tchad, qui ne dira pas le contraire, est en effet un pays basé sur une économie de rente. Il ne fait donc pas figure d’exception en Afrique centrale.

La baisse des prix du pétrole a engendré une baisse considérable des recettes du pays. Le résultat peut se confirmer sur le terrain. Les dépenses d’investissements sont quasiment nulles, ce qui explique l’arrêt et le report de nombreux travaux lancés par l’État. De plus, le problème va plus loin car les dépenses courantes ont du mal à être assurées. En effet, si le budget de fonctionnement n’est pas équilibré, la crise économique peut directement atteindre les salaires etc. Dans de nombreux pays de la région, la grogne sociale monte. Au Congo et au Gabon par exemple, les salaires des fonctionnaires sont souvent payés en retard. Les grèves et les mouvements d’humeur sont courants.

Cette conjoncture économique nécessite une prise en main rapide et rigoureuse du sujet. Le manque de diversification de l’économie se fait ressentir et la gangrène de la corruption est désormais plus visible. Il faut selon plusieurs experts diminuer le train de vie de l’État. Aussi, il faut récupérer le manque à gagner via les détournements et assainir les finances publiques. Il faut noter que le Tchad fait partie des pays les plus corrompus au monde. Dans le classement 2016 de l’ONG Transparency International, le Tchad se classe 159ème sur 176 pays.

Composer le 700 pour dénoncer un acte de corruption

« Le lancement du numéro vert 700 permet à chaque opérateur économique ou à tout autre individu d’alerter l’Inspection générale des finances pour dénoncer tout agent indélicat qui chercherait à se faire corrompre dans le cadre de la délivrance d’un papier administratif ou dans le paiement d’une taxe » a lancé le ministre tchadien des Finances à N’Djamena lors de la présentation de l’initiative. Il informe aussi que l’initiative « s’inscrit dans le cadre de l’assainissement des finances publiques pour lutter contre le détournement de fonds générés par les différentes régies financières ».

Pour montrer à quel point la question est prise au sérieux par les autorités tchadiennes, une « force d’appui aux régies financières » a été mise en place et sera formée de 500 militaires de la garde présidentielle. Cette force aura pour but d’interpeller tout agent soupçonné de fraude et tous ceux qui auront été pris en flagrant délit de corruption et de détournement.

La corruption est un mal qui freine le développement. De ce fait, le Fonds monétaire international s’est montré inquiet dans une déclaration le 20 décembre dernier concernant la corruption au Congo. Cette inquiétude peut s’étendre et être justifiée dans force pays d’Afrique centrale dont le Tchad. L’État tchadien attend désormais l’efficacité d’une telle mesure.

Laisser un commentaire