Les juges fédéraux américains mettent fin aux poursuites contre Cheikh Tidiane Gadio

Cheikh Tidiane Gadio bientôt libre ?
Cheikh Tidiane Gadio, l’ancien ministre des Affaires étrangères sénégalais.

Sénégal (APN) – Anciennement accusé de collusion dans une affaire de corruption entre une grande société énergétique chinoise et les États tchadiens et ougandais, la justice américaine a décidé d’abandonner les poursuites contre Cheikh Tidiane Gadio dans le cadre d’un accord dont les détails n’ont pas filtré.

Cheikh Tidiane Gadio est désormais libre. Les juges fédéraux ont blanchi le diplomate sénégalais dont le nom avait été cité dans une grave affaire de corruption, sans jamais évoquer les raisons l’innocentant. Toutefois, selon le quotidien « Les Échos » qui donne l’information, il est entendu que l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise témoignera contre son coaccusé. Cheikh Tidiane Gadio est donc, depuis ce week-end, assigné en résidence surveillée dans son domicile du Maryland.

Son avocat, Sean Hecker, s’est félicité de la décision prise par la justice américaine : « Nous sommes extrêmement reconnaissants que l’affaire contre le Dr. Gadio ait été résolue », a-t-il déclaré dans les heures suivant la libération de son client. « Dr. Gadio a hâte de continuer à coopérer avec les autorités américaines avant de retourner au Sénégal pour continuer son service auprès du peuple sénégalais », poursuit-il.

Retour sur cette affaire

Le 17 novembre, les autorités judiciaires américaines ont arrêté Cheikh Tidiane Gadio et l’homme d’affaires chinois Chi Ping Patrick Ho pour des faits de corruption. Comme écrit dans la plainte initiale, cette affaire débute en 2014 lorsque Cheikh Tidiane Gadio et Ho et se rencontrés au siège de l’ONU à New York. Ce dernier à la tête de l’entreprise The Energy Company, souhaitait étendre ses activités pétrolières au Tchad et avait connaissance des relations étroites entre l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise et l’actuel Président du pays.

D’après les enquêteurs du FBI de l’époque, l’ancien ministre aurait joué un rôle de lobbyiste. Les deux hommes sont dès lors accusés d’avoir utilisé le système financier américain pour transférer une somme de 2,5 millions de dollars à des dirigeants africains sous forme de dons destinés à des ONG africaines. Les fonds étaient gérés par le Comité de Fonds d’Énergie Chinoise, une ONG bénéficiant d’un statut spécial auprès de l’ONU. Cependant, Patrick Ho fut jusqu’à son arrestation le vice-président et le secrétaire-général de cette ONG. Les 2,5 millions de dollars qui étaient destinés aux autorités africaines devaient permettre à la Chine de gagner d’importants marchés pétroliers en Ouganda et au Tchad.

 Les accusations portées contre les deux hommes ont été basées sur la loi fédérale combattant les pratiques de corruption à l’étranger, souvent utilisée pour contrôler les actions de sociétés américaines opérant à l’étranger. Huit chefs d’accusation ont été retenus contre Patrick Ho-Chi-ping et cinq chefs d’accusation avaient été retenus contre Cheikh Tidiane Gadio.

Qu’en sera-t-il de Patrick Ho ?

Les accusations contre M. Ho sont inhabituelles dans le sens où elles impliquent une société chinoise opérant en Afrique. La principale connexion avec les États-Unis est que M. Ho était un visiteur fréquent à New York et avait des réunions aux Nations Unies. Le retrait des accusations de corruption à l’encontre de M. Gadio constitue un élément intéressant dans l’affaire contre M. Ho, qui risque désormais d’être jugé seul dans une salle d’audience fédérale à Manhattan en novembre.

L’homme d’affaires chinois toujours en garde à vue continue à batailler pour obtenir sa libération. Pour rappel, les juges lui ont refusé par le passé deux propositions de caution pour sa sortie de prison. Ses avocats ont ainsi présenté ce lundi une troisième incluant l’appartement de sa mère et celui de son frère, dont les valeurs sont respectivement de 2,8 et 1,2 million de dollars.

Laisser un commentaire