Mali : pas de Festival du désert à Tombouctou

Tombouctou, mosquée de Sankoré
Tombouctou, mosquée de Sankoré

Le «?Festival du désert?», qui réunissait des artistes maliens et internationaux au milieu des dunes de Tombouctou, est reporté pour des raisons de sécurité, alors qu’il était initialement prévu pour le 28 janvier. Dans un communiqué de la société civile, on peut lire que «?l’insécurité persistante, les menaces qui planent sur la ville, la psychose ne sont pas un contexte favorable pour la tenue d’un événement festif?».

Tombouctou est une ville du nord du Mali classée par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité pour ses richesses historiques et culturelles. Elle est célèbre pour avoir abrité une des plus grandes universités au monde, pour sa réputation de carrefour de commerce et de culture, sa collection inestimable de manuscrits, ses monuments, etc. elle est aussi connue pour son festival africain de musique, le «?Festival au désert?», auquel l’artiste Bono avait participé, à l’édition de 2012.

Tombouctou victime d’Al-Qaïda

Depuis quelques années déjà, la ville de Tombouctou est devenue la cible privilégiée de l’extrémisme violent d’Al-Qaïda. En 2012, des jihadistes affiliés au groupe terroriste ont envahi une partie du pays et occupé la ville. Au nom de la «?lutte contre l’idolâtrie?», les envahisseurs ont saccagé des lieux saints, des monuments, et mis feu à des manuscrits anciens. Ils s’en sont pris aux habitants, en portant atteinte à leurs droits humains fondamentaux, en leur interdisant l’accès aux livres, au sport et à la musique.

C’est grâce à l’intervention de la coalition entre la France et le Mali que la ville a pu être libérée, mais elle n’en ressort pas indemne?; l’économie est à terre et la paix y est fragile. Le 18 janvier encore, un attentat a causé la mort d’une soixantaine de soldats.

Timbuktu Renaissance pour la promotion de la paix

Timbuktu Renaissance est une plateforme née d’une alliance entre le gouvernement malien et la Brookings Institution. Elle a pour but de promouvoir le patrimoine culturel et historique du Mali, et de Tombouctou en particulier?. L’idée dernière étant de relancer l’économie et la résilience par le tourisme, l’art ou la littérature dans le but d’amorcer un retour à la paix dans «?la ville des 333 saints?».

 

Laisser un commentaire