Mobile money : les transferts de fonds hors CEMAC désormais interdits

Le siège de la BEAC à Libreville (Gabon)
Le siège de la BEAC à Libreville (Gabon)

CEMAC News – A la suite de son homologue de la BCEAO, la Banque des États d’Afrique centrale (BEAC) a décidé d’interdire les transferts de fonds en dehors de l’espace CEMAC via des transactions de mobile money. Abbas Mahamat Tolli, le gouverneur de la BEAC, estime que ces transactions ne sont pas conformes à la réglementation.

Coup dur pour les opérateurs de téléphonie mobile de la CEMAC qui ont fait du mobile money un pan structurant de leur modèle économique. Malgré les partenariats qu’ils ont mis en place avec les banques, la BEAC estime que leurs opérations de transferts de fonds effectuées en dehors de l’espace CEMAC sont illégales.

Dans une note qui leur a été adressée, la BEAC leur demande de « cesser toute opération de transfert de fonds à l’international dans le cadre des activités de monnaie électronique ».

Poursuivant son réquisitoire contre les transferts d’argent hors CEMAC réalisés via des solutions de Mobile money, la BEAC considère qu’elles sont « non conformes à la réglementation » et de nature à favoriser le blanchiment d’argent.

Ainsi, la BEAC a-t-elle définitivement mis un terme aux activités de transferts d’argent extracommunautaires des compagnies de téléphonie mobile de la CEMAC.

Laisser un commentaire